Recherche participative, recherche collaborative, MARP….

Un petit garçon dans un village africain – photo de Nambasi

Le sigle MARP signifie Méthode Accélérée de Recherche Participative et désigne un format de stage d’étude du milieu utilisé dans la formation des travailleurs sociaux spécialisés en particulier, mais aussi dans d’autres formations professionnelles au Sénégal .

Le point commun entre les différentes dénominations du titre de ce billet est donc leur faculté de promouvoir la participation ou la collaboration des personnes ciblées lors du stage ou de la recherche.

Continuer la lecture de Recherche participative, recherche collaborative, MARP….

La théorie intersectionnelle : là où les catégories de discrimination se rencontrent

Un exemple d’intersection où deux routes se rejoignent (Bruxelles)

Et si j’étais un homme? Et si j’étais blanche? Vous qui me lisez, posez-vous donc cette question : je suis un homme mais si j’étais une femme, je suis blanche mais si j’étais noire ou vice-versa.

Dernièrement, j’ai visionné la vidéo d’un homme sur Facebook qui s’habille, se maquille, et se transforme en une femme pendant une journée. Il se fait constamment harceler, siffler dans la rue et, à la fin de l’expérience, confie que cela doit être extrêmement éprouvant de se faire regarder tout le temps tout en se demandant ce qu’on pourrait se faire dire! Même encore, avec cette expérience, cela ne suffit pas pour comprendre la situation des femmes. Pour cela, il faut vraiment être une femme et le vivre au quotidien .

Continuer la lecture de La théorie intersectionnelle : là où les catégories de discrimination se rencontrent

Quelle approche qualitative choisir?

Le superbe bâtiment du pavillon Louis-Jacques Casault de l’Université Laval

Parce qu’en recherche qualitative, il en existe plusieurs et cinq, au moins, plus connues. Contrairement aux approches en recherche quantitative, elles sont généralement plus inductives donc partent du terrain pour produire une théorie, découlent du particulier pour aboutir au général. Passons-les en revue en considérant mon objet de recherche…

Continuer la lecture de Quelle approche qualitative choisir?

Féministe….Moi?!

Une vue du bâtiment des Sciences de l'Éducation à l'Université Laval
Un paysage automnal rue des Sciences humaines, Université Laval

Le processus  qui m’a permis de réfléchir sur ma posture épistémologique dans ma recherche me semble bizarre, ou du moins pas commun. L’épistémologie est le courant de pensée dans lequel nous nous situons et qui oriente le cadre conceptuel, la méthodologie de notre recherche tout comme les analyses de nos résultats. Il s’agit de décider de la manière dont nous considérons la production des connaissances, comment nous définissons la réalité à étudier et les moyens de l’étudier. Par exemple, de manière assez schématique, la réalité peut être vue comme objective et distincte de nous comme dans les sciences naturelles (épistémologie positiviste) ou au contraire, dans les sciences humaines et sociales,  considérée comme subjective et construite par les individus (épistémologie compréhensive). Dans ce dernier cas, la recherche de sens est privilégiée et donc la subjectivité. Plusieurs perspectives (ou paradigmes) se réclament de l’épistémologie compréhensive dont le courant féministe.

À ce propos, dans nos discussions, Annie Fontaine, ma directrice de thèse, m’avait suggéré de faire plus de recherches sur la perspective féministe et vérifier si cela collait avec mon objet de recherche.

Continuer la lecture de Féministe….Moi?!

Adolescentes en conflit avec la loi: qui est en conflit avec qui?

Scène de rue à Dakar

Un des premiers défis lors de la rédaction de mon projet de thèse avait été de déterminer comment dénommer les sujets de ma population cible. Je rappelle que je m’intéresse aux adolescentes prises en charge au sein de l’Éducation surveillée au Sénégal. Pour cette institution, elles sont “en conflit avec la loi”, notion signifiant pudiquement qu’elles sont auteures ou présumées auteures d’infractions pénales, pour ne pas dire “délinquantes”.

Dans mon mémoire de maîtrise, mon travail portait sur les adolescentes judiciarisées c’est-à-dire qui sont en contact avec le système de justice juvénile. Or, au Sénégal, deux catégories de jeunes peuvent être judiciarisé.e.s: les jeunes en danger ou les jeunes en conflit avec la loi. Précisément, la catégorie en danger désigne ceux et celles dont on estime que certains aspects de leur vie sont compromis tels que l’éducation ou la sécurité. La seconde catégorie concerne ceux et celles  qui ont maille à partir avec la justice et qui ont commis une infraction.

Continuer la lecture de Adolescentes en conflit avec la loi: qui est en conflit avec qui?

Arame et les féministes

Quelques livres d’auteures féministes sur mon étagère…

Vous vous souvenez du cas fictif d’Arame que j’évoquais dans un billet précédent  ? Je partais du cas de cette jeune fille qui avait subtilisé des objets de sa jeune amie alors que les parents de cette dernière lui avaient offert un emploi de petite « bonne », pour tenter de comprendre pourquoi les filles ont toujours semblé moins « délinquantes » que les garçons, et les femmes moins “criminelles” que les hommes. Le dernier billet détaillait les explications liées à la soi-disante nature de la femme, qui voulait que ses actes supposément marginaux soient moins visibles ou moins détectés. Ces explications naturalistes ou essentialisantes vont être largement remises en question par le mouvement féministe. Continuer la lecture de Arame et les féministes

Pourquoi les filles semblent moins “délinquantes” que les garçons ?

Rose rouge de mon jardin en 2020

Pour toutes sortes de raisons, vous le devinez sans doute.

Mais surtout selon qu’on se situe dans telle ou telle école de pensée, épistémologie ou perspective théorique. Toutes les statistiques mondiales montrent, en effet, que quel que soit le pays, la période historique et le contexte social, les femmes/filles affichent des taux de criminalité/délinquance plus faibles que ceux des hommes. Le Sénégal n’y échappe évidemment pas.

Comment comprendre ce constat? Je vais partir d’un cas fictif, mais qui s’inspire de situations réelles que j’ai eu à rencontrer dans ma pratique professionnelle.

Imaginons au Sénégal une jeune fille que je vais nommer Arame de façon totalement arbitraire (les autres noms utilisés sont aussi fictifs).

Continuer la lecture de Pourquoi les filles semblent moins “délinquantes” que les garçons ?

“On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… »

Au delà des murs, un lever de soleil à Fissel (Sénégal)

“Jeunesse entre les murs?”

Tel était le titre du séminaire auquel j’ai eu le plaisir d’assister et qui m’a permis de griffonner ces quelques lignes. Il était organisé par le Centre de Recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS) le 8 décembre 2021. Le sujet du séminaire cherchait à revenir sur la conception, autant pour les jeunes mêmes que pour les personnels, des services de placement des jeunes en difficulté, qu’ils soient « contrevenants » ou « à protéger ». C’était également une occasion de révéler la publication d’une bande dessinée sur le sujet de Nicolas Sallée et Alexandra Dion-Fortin. En présentant son ouvrage, l’auteur précise que les murs dont il est question ne sont pas simplement physiques mais ils sont théoriques et aussi virtuels du fait de la surveillance constante dans ces institutions. Il s’agit d’une forme de carcéralité, largement présente avec, par exemple, des caméras. La différence avec les prisons c’est que l’objectif de l’enfermement des jeunes met surtout l’accent sur la réhabilitation et la réinsertion, dit-on. Il me semble cependant qu’avec les adultes, cela devrait être également le cas…. Ces murs révèlent des tensions multiples entre contrôle et protection, entre les temps longs ou courts de l’enfermement, dans les différences d’approches entre les intervenants. Quoiqu’il en soit, tous, jeunes comme intervenants se battent contre les murs. Cette présentation de la bande dessinée a été suivi par des échanges. Continuer la lecture de “On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… »

Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé

Aéroport de Nice, vacances de Noël 2014

« Émigrer est un choix, mais il n’est jamais libre, il est toujours imposé… »

Tel est le témoignage entendu à la radio il y quelques jours d’un réfugié questionné sur ses motivations sur le chemin de l’Europe.

Ma situation d’immigrante au Québec, que je pensais avoir choisie librement, semble être opposée au propos de cet homme, parti pour des raisons plus pénibles. Beaucoup sont en général obligés de partir du fait de situations contraignantes ou d’évènements dangereux pouvant menacer leur vie ou leur intégrité. Il m’est arrivé de rencontrer des ressortissant.e.s d’autres pays d’Afrique qui correspondaient à ce profil, et qui avaient fui leur pays parce qu’ils/elles se sentaient persécuté.e.s du fait de leur religion, nationalité, ethnie, opinion ou autre. Mes raisons me semblent différentes voire contraires. Dans mon cas, je suis libre de partir, de rester comme de retourner dans mon pays, je ne me sens pas menacée ou en danger.

Sauf que… cette petite phrase continue de trotter dans ma tête sans que je ne m’explique pourquoi elle résonne en moi: “émigrer est un choix qui s’impose »… Continuer la lecture de Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé