Catégories
Évènements/Actualités

“On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… »

Au delà des murs, un lever de soleil à Fissel (Sénégal)

“Jeunesse entre les murs?”

Tel était le titre du séminaire auquel j’ai eu le plaisir d’assister et qui m’a permis de griffonner ces quelques lignes. Il était organisé par le Centre de Recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS) le 8 décembre 2021. Le sujet du séminaire cherchait à revenir sur la conception, autant pour les jeunes mêmes que pour les personnels, des services de placement des jeunes en difficulté, qu’ils soient « contrevenants » ou « à protéger ». C’était également une occasion de révéler la publication d’une bande dessinée sur le sujet de Nicolas Sallée et Alexandra Dion-Fortin. En présentant son ouvrage, l’auteur précise que les murs dont il est question ne sont pas simplement physiques mais ils sont théoriques et aussi virtuels du fait de la surveillance constante dans ces institutions. Il s’agit d’une forme de carcéralité, largement présente avec, par exemple, des caméras. La différence avec les prisons c’est que l’objectif de l’enfermement des jeunes met surtout l’accent sur la réhabilitation et la réinsertion, dit-on. Il me semble cependant qu’avec les adultes, cela devrait être également le cas…. Ces murs révèlent des tensions multiples entre contrôle et protection, entre les temps longs ou courts de l’enfermement, dans les différences d’approches entre les intervenants. Quoiqu’il en soit, tous, jeunes comme intervenants se battent contre les murs. Cette présentation de la bande dessinée a été suivi par des échanges. L’une des personnes invitées, intervenante, met en avant la nécessaire complémentarité (et non la tension) qui devrait exister entre la protection et le contrôle. Certains jeunes se sentent sous protection dans un environnement sécurisant donc contrôlé. Par ailleurs, l’intervention insiste sur les facteurs de protection de ces jeunes pour éviter la récidive, et non seulement sur les facteurs de risque. La parole de deux jeunes parmi le pool de personnes invitées qui ont vécu l’enfermement fut très évocatrice. En effet, les deux indiquent que les équipes éducatives se centrent plus sur les conduites à contrôler, mais s’intéressent peu au jeune en soi, à sa trajectoire de vie. Ainsi, l’outil magique d’intervention est le retrait dans la chambre, mais pas l’écoute. Or, la chambre, bien qu’étant leur domaine est difficilement investi : « c’est pas toi qui décides quand y aller ». Pourtant c’est le seul espace «privé » dont ils disposent et envers lequel leurs émotions sont tout de même ambivalentes.  

Contrôle et pouvoir d’agir

Les deux évoquent le pouvoir d’agir, bien que différemment. L’une va décrier le fait qu’à cause du contrôle omniprésent, les jeunes perdent tout pouvoir d’agir. L’autre ajoute qu’il leur est constamment répété « [ils] sont pas capables de… » et qu’à force, cette incapacité peut être intégrée chez le jeune. Malgré cela, ce dernier a pu, comme il l’a dit de fort belle manière, “sauter les murs” et s’en sortir finalement : “on les fait pas tomber les murs, on les escalade…”

Selon la synthèse effectuée par une des personnes invitées, Jade Bourdages, professeure à l’UQÀM, on doit tout faire en tant que société pour se battre contre l’oubli de la violence institutionnelle qu’il s’agisse d’institutions pour personnes âgées, jeunes en difficulté ou d’institutions psychiatriques. Or, dans ces institutions, il n’existe pas de mémoire partagée notamment quant aux traumatismes subis ou à la temporalité de l’enfermement. Quelles sont les finalités de l’intervention finalement? Se demande-t-elle. La croyance populaire voudrait qu’il y ait des vertus thérapeutiques à l’enfermement alors que paradoxalement la mobilité est prouvée pour aider le développement et l’épanouissement des jeunes.

Les discussions évoquent par la suite les moyens de contrôle utilisés : le retrait, les contentions, la médicalisation, etc. À ce propos, l’ancienne jeune utilise une belle métaphore, celle du sparadrap, pour illustrer cet aspect. Les méthodes d’intervention dans les milieux sécuritaires sont comme du sparadrap appliqué pour panser une blessure parce que c’est plus commode alors qu’il faudrait au préalable creuser et nettoyer la blessure (même si ça fait mal) pour éviter l’infection.

Durant le débat, certains rappellent que la problématique des personnes “racisées”, en plus grand nombre dans ces institutions, est particulière et qu’il faudrait chercher à les comprendre à travers leur regard et celui de leurs parents, et non pas simplement faire en sorte qu’ils s’adaptent contre vents et marées. D’autres louent la créativité de plusieurs parmi les personnels éducatifs dans leurs essais pour contourner le système au bénéfice des jeunes internés, notamment durant la pandémie, et leur permettre ainsi, eux aussi, de “sauter les murs”.

Jade Bourdages précise toutefois qu’avoir une position critique envers les institutions de l’enfermement ne signifie pas ni critiquer les intervenants et leur bonne volonté, ni nier que leurs actions peuvent avoir des résultats positifs pour certains jeunes, mais il est important de questionner, par-dessus tout, les aspects structurels.

La finalité de l’intervention sociale

En posant la question de la finalité de l’intervention et en ciblant le niveau structurel, les propos de Jade Bourdages m’ont fait réfléchir. Cela me rappelle que dans mes cours d’intervention éducative, j’adoptais délibérément une position différente. Je revendiquais le fait de mettre l’accent sur les interventions éducatives à visée individuelle ou de groupe comme autant d’outils pour les jeunes en difficulté, car les problèmes structurels se situent hors de leur portée d’action, comme de ceux des personnels eux-mêmes parfois. Mon credo était d’outiller les jeunes défavorisés malgré les problèmes structurels afin qu’ils ou elles puissent les utiliser pour s’en sortir, quelles que soient les difficultés du contexte ou de la situation qu’ils ou elles vivent…

Ce séminaire fut donc pour moi un prétexte pour me questionner, en tant qu’intervenante, formatrice, sur la portée et l’efficacité globale de nos pratiques. Doit-on se limiter à nos actions individuelles ou de groupe et insister sur ces interventions qui sont plus à notre portée? Ou doit-on chercher des solutions structurelles plus pérennes, plus globales et donc plus efficaces même si elles semblent dépasser notre cadre d’action?

Cela revient à (re)poser le fameux débat de la finalité et de l’efficacité du travail social : une visée plus individuelle, limitée, voire au cas par cas, selon le contexte et la spécificité de la personne et de sa situation ou alors une action à portée communautaire et collective qui viserait un plus large public (1).

Bref, doit-on faire tomber les murs ou les escalader ?

  1. Dorvil, H.  et Boucher-Guévremont, S. (2012). Problèmes sociaux, populations marginalisées et travail social. Dans H. Dorvil et E. Harper (dir.),Le travail social : théories, méthodologies et pratiques (p. 19-45). Presses de l’Université du Québec. https://doi.org/10.7202/1029259ar

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yakhara Gassama (26 janvier 2022). “On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… ». Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx3


Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

2 réponses sur « “On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… » »

Oui Yakhara les murs on ne les font pas tomber on les escalade. Une facon de reinterroger nos pratiques professionnelles et nos pedagogies aussi. L’attitude moralisatrice de l’intervenant professionnel a toujours une allure d’ interdictions multiples avec comme socle une pallette de propos evaluatifs face à nos adolescentes en conflits avec la loi et sous surveillance institutionnelle. Cette experience que vous tirez du seminaire et que vous si bien retracée avec un style que j’apprécie fortement et positivement d’ailleurs me rappelle un ouvrage de travail social aupres des groupes dont je vous transmettrai le titre apres. Dans cet ouvrage il y’a un chapitre qui traite du travail social aupres des groupes non volontaires( une imposition de service).
Par ailleurs un autre ouvrage de Jean Bedard intitulé ” les familles en detresse” aborde aussi des theories assez interessantes sur cet aspect communautaire de la reproduction des contextes de vulnerabiltes qui favorisent l’eclosion de la delinquance.

Merci, j’attends avec impatience les références évoquées. Je n’en attendais pas moins de vous Directeur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search