Catégories
Parlons théories et concepts

Pourquoi les filles semblent moins “délinquantes” que les garçons ?

Rose rouge de mon jardin en 2020

Pour toutes sortes de raisons, vous le devinez sans doute.

Mais surtout selon qu’on se situe dans telle ou telle école de pensée, épistémologie ou perspective théorique. Toutes les statistiques mondiales montrent, en effet, que quel que soit le pays, la période historique et le contexte social, les femmes/filles affichent des taux de criminalité/délinquance plus faibles que ceux des hommes. Le Sénégal n’y échappe évidemment pas.

Comment comprendre ce constat? Je vais partir d’un cas fictif, mais qui s’inspire de situations réelles que j’ai eu à rencontrer dans ma pratique professionnelle.

Imaginons au Sénégal une jeune fille que je vais nommer Arame de façon totalement arbitraire (les autres noms utilisés sont aussi fictifs).

Le cas d’Arame

Bouton de rose blanche

Arame a 15 ans et a abandonné l’école déjà depuis quelques années à la fin du cycle élémentaire. Elle est née et a grandi avec ses frères et sœurs dans un village de l’intérieur du pays. Toute la famille, famille élargie y compris, est assez pauvre et vit des revenus des produits de la terre qu’ils exploitent. La scolarité d’Arame a été écourtée parce qu’elle devait prêter main forte à la maison et dans les champs. Comme pour ses frères et sœurs aînées, à un certain moment, ses parents l’incitent à trouver du travail pour mieux se prendre en charge. Elle part en ville se chercher un travail de domestique, qu’elle trouve rapidement auprès d’une famille assez aisée d’un beau quartier. Elle doit s’occuper des plus jeunes enfants de cette famille dont l’aînée, Bineta, a son âge et étudie déjà au niveau secondaire. Arame est admirative de Bineta. Petit à petit, en dépit de la confiance qui grandit entre elles, Arame se prend à « emprunter » des petits objets appartenant à Bineta : des foulards, des petits bijoux, des parfums, même des sous-vêtements. Elle envoie une grande partie de son salaire à ses parents et peut difficilement s’acheter ces accessoires. Malheureusement, un jour, elle est prise sur le fait et les parents de Bineta, se sentant trahis, décident de porter plainte. Arame est accusée de vol.

Plusieurs pistes s’offrent pour expliquer ou comprendre la conduite d’Arame.

Selon les naturalistes…

…les femmes sont « naturellement » moins criminelles : parce qu’elles ont pour elles l’instinct maternel, les hormones qui les protègent contre de tels agissements, parce que psychologiquement, elles ont des traits de caractère ou des capacités cognitives qui les portent moins à la violence. Ne nous attardons pas sur ces explications positivistes qui ont été réfutées pour certaines, et qui, j’imagine, ont moins d’adeptes actuellement. Quoique…

Selon certaines de ces thèses naturalistes, la femme excelle dans la dissimulation et le mensonge ce qui explique que peu de cas de femmes « criminelles » soient connus. De ce fait, si Arame ne s’était pas fait prendre ou si la famille avait décidé de ne pas porter plainte par compassion ou pour toute autre raison, le vol serait passé inaperçu, du moins pour l’opinion générale.

La rareté des cas de femmes « criminelles » explique sans doute les gros efforts des chercheurs dans le domaine pour étudier la criminalité chez les hommes, en occultant celle des femmes, la jugeant négligeable, donc qui ne vaut pas la peine de s’y attarder. Ces gros efforts des sociologues, criminologues et autres chercheurs de ce champ vont permettre d’orienter l’étude de la criminalité, non plus du point de vue de l’acte en soi et de la personne qui le commet, mais du point de vue de la réaction sociale à ceux-ci. C’est le fameux paradigme de la réaction sociale qui supplante le paradigme du passage à l’acte. Les chercheurs s’intéressent désormais et progressivement aux interactions sociales autour des actes jugés illégaux, aux sanctions, aux modes de détection et de désignation des personnes contrevenantes, mais également aux définitions et catégorisations des conduites jugées illégales. En somme, c’est comme si on passait de la question “pourquoi et comment devient-on délinquant ou criminel?” à “qui définit le criminel ou délinquant?” ou “comment définit-on la délinquance ou la criminalité?”

Il n’en reste pas moins que les femmes sont encore absentes dans ce paradigme. Jusqu’à ce que les féministes se penchent sur la question à l’occasion des mouvements de libération de la femme autour des années 1960….  

 



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 2 février). Pourquoi les filles semblent moins “délinquantes” que les garçons ? Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx4

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

2 réponses sur « Pourquoi les filles semblent moins “délinquantes” que les garçons ? »

Ayant fait deux ans sur un projet d’accompagnement du système judiciaire sénégalais, piloté par l’ONG Futur Au Présent International, sise à la Maison d’Arrêt et de Correction de Ziguinchor, je n’ai jamais vu une mineure placée en Garde à vue où même en conflit avec la loi. Et pourtant, j’y étais de novembre 2019 à décembre 2021. J’espère que vos recherches pourraient éclairer ma lanterne sur ce phénomène.

J’espère aussi! Au début de ma carrière d’éducatrice spécialisée judiciaire, j’ai choisi de travailler avec les adolescentes en difficulté, qu’elles soient en danger moral ou en conflit avec la loi. Je me suis rendue compte qu’elles étaient peu nombreuses alors que leurs difficultés étaient quasi-similaires à ceux des garçons. Je me suis rendue compte par la suite lors de ma maîtrise que le phénomène était mondial, partout les filles semblent moins visibles dans ce domaine. Avec ma thèse, je veux montrer à l’instar de plusieurs autres chercheures qu’en fait les filles et leurs difficultés sont invisibilisées justement (cf. la partie théories et concepts). Ce qui explique sans doute que tu n’en aies pas rencontré en deux ans d’intervention à Ziguinchor. Je me suis renseigné à Dakar, il y en a quand même (peu en prison, 4 en 2020) mais plus dans les structures de l’Éducation surveillée.
Si tu suis ce blogue, comme tous les autres, j’informe au fur et à mesure du déroulement de ma recherche, au niveau pratique et théorique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search