Catégories
Parlons théories et concepts

Arame et les féministes

Quelques livres d’auteures féministes sur mon étagère…

Vous vous souvenez du cas fictif d’Arame que j’évoquais dans un billet précédent  ? Je partais du cas de cette jeune fille qui avait subtilisé des objets de sa jeune amie alors que les parents de cette dernière lui avaient offert un emploi de petite « bonne », pour tenter de comprendre pourquoi les filles ont toujours semblé moins « délinquantes » que les garçons, et les femmes moins “criminelles” que les hommes. Le dernier billet détaillait les explications liées à la soi-disante nature de la femme, qui voulait que ses actes supposément marginaux soient moins visibles ou moins détectés. Ces explications naturalistes ou essentialisantes vont être largement remises en question par le mouvement féministe.

Selon les féministes libérales…

… les revendications pour plus d’égalité hommes-femmes doivent mettre l’accent sur la lutte contre les discriminations à l’endroit des femmes. Actuellement, ces luttes ont permis des avancées à l’avantage des femmes qui occupent le marché du travail, entreprennent des études supérieures et se retrouvent dans des secteurs qu’elles n’investissaient pas auparavant. Certains pays y arrivent mieux que d’autres, mais au Sénégal, ces avancées existent aussi pour la plupart des femmes. La scolarisation s’est massifiée pour les filles, y compris dans l’enseignement supérieur. Il reste que, dans certains milieux de l’intérieur du pays, des filles comme Arame y échappent encore. Beaucoup de communautés et de familles pensent que travailler, même pour des revenus faibles, est plus valorisant que poursuivre des études jugées inappropriées ou inefficaces dans l’acquisition d’un emploi, encore plus quand on est une fille… La plupart des féministes du courant libéral estiment que la lutte doit porter sur l’éradication de ces discriminations qui, à terme, devrait aligner les femmes sur un pied d’égalité avec les hommes. De ce fait, les femmes investissant massivement les études et le marché de l’emploi, dans le domaine de la criminalité, on devrait aboutir à un nivellement des taux de criminalité. Ce qui reviendrait à dire que les femmes seraient égales aux hommes, même dans la criminalité.

Selon les féministes socialistes…

…elles ne le voient pas du tout du même œil! Ces féministes considèrent Arame comme une victime des rapports sociaux inégaux entre hommes et femmes découlant du patriarcat et autorisant une socialisation différentielle, qui oriente et éduque toutes les filles à prendre soin des autres, à être douces et patientes, à être coquettes et belles, en somme à être féminines selon certains standards sociaux. De plus, dans un tel cadre, beaucoup de filles de statut défavorisé subissent la pauvreté, parfois des mauvais traitements, de la violence, et sont donc doublement victimes. Selon plusieurs féministes, c’est cette victimisation qui pousse beaucoup d’entre elles comme Arame sur la voie de conduites réprouvées aussi bien par la société que par la loi : fugues, prostitution, etc. Donc ce courant met l’accent sur la discrimination, la subordination, la victimisation subies par les filles qui pourraient les entraîner vers la délinquance, et non pas sur le fait que les filles vont s’aligner de manière similaire aux hommes et tendre vers l’égalité dans tous les domaines y compris la délinquance.

Et pour les féministes plus critiques?

À côté des courants précédents, des féministes plus radicales estiment que les institutions et les lois doivent être revues en intégrant les perspectives des filles et en prenant en compte leurs expériences. On l’a vue, la délinquance supposée a été étudiée en partant des hommes, ce qui permet difficilement de rendre compte des expériences des filles dans ce domaine. Doit-on considérer l’acte commis par Arame comme un vol, comme n’importe quel vol, comme un « emprunt »? Partir de la “perspective située” de cette dernière pourrait permettre de comprendre son acte. Une autre jeune fille pourrait avoir la même conduite dans un contexte différent (ou similaire) et être jugée de manière complètement différente! Des actes similaires, des « soustractions de la propriété d’autrui » sont régulièrement opérés, sur des montants plus importants, par des hommes, dans des stations plus pompeuses, et qui pourtant, ne sont pas qualifiés, détectés, poursuivis ou sanctionnés comme tel. En se fondant sur la situation d’Arame et sur sa propre perspective, nul doute qu’on jugerait qu’elle n’avait aucune intention de nuire à Bineta et à ses parents, encore moins de perdre son travail et, sans doute voulait-elle seulement paraître comme n’importe quelle fille de son âge. Les féministes relevant du post-moderne vont plus loin. Ce qu’il faudrait, ce n’est pas simplement intégrer le point de vue des femmes dans le droit, c’est en fait revoir tout le droit et les institutions de contrôle, revisiter les rapports de pouvoir dans la société, bref, les déconstruire pour mieux les reconstruire.

Pour aller plus loin: l’intersectionnalité

Beaucoup de ces courants féministes prônent de considérer les perspectives des femmes différemment de celles des hommes. Cependant, la majorité  des féministes tiennent pour acquis que ces perspectives sont les mêmes chez toutes les femmes. Pour illustrer ce fait, la théorie de l’intersectionnalité fait remarquer que les revendications des mouvements féministes se réfèrent beaucoup plus aux femmes blanches, éduquées et de classe moyenne, et négligent, minimisent, bref, invisibilisent d’autres groupes de femmes, par exemple, les femmes noires, les femmes sous scolarisées et celles de milieux défavorisés. Pour ces dernières, les facteurs de discrimination ne sont pas seulement le genre, mais aussi la race, l’ethnie, la classe et bien d’autres encore. Cela signifie que le féminisme “blanc” doit absolument se distinguer du féminisme de pays en développement comme le Sénégal. Mais ça, c’est l’objet d’un autre billet…



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 26 mars). Arame et les féministes. Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx5

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

7 réponses sur « Arame et les féministes »

“Doit-on considérer l’acte commis par Arame comme un vol, comme n’importe quel vol, comme un « emprunt »? Partir de la “perspective située” de cette dernière pourrait permettre de comprendre son acte. Une autre jeune fille pourrait avoir la même conduite dans un contexte différent (ou similaire) et être jugée de manière complètement différente!”
Partir de ce postulat, nous pouvons dire que les concepts délinquant, déviant ou criminel sont relatif et peuvent varier d’une société à une autre, d’une culture à une autre. Ce qui doit nous pousser à revoir la définition de ces concepts tout en tenant compte de l’aspect évolution de ces derniers et des sociétés.

Exactement Abdoulaye! J’espère pouvoir montrer avec ma recherche que nos lois pénales ne sont pas adaptées à notre concept, à nos populations jeunes mais encore moins aux filles et femmes. Pouvoir arriver sur un plan politique et législatif à ce que ces lois soient revues serait un réel accomplissement pour moi, surtout les prisons et même le système judiciaire pour mineurs.

“Doit-on considérer l’acte commis par Arame comme un vol, comme n’importe quel vol, comme un « emprunt »? Partir de la “perspective située” de cette dernière pourrait permettre de comprendre son acte. Une autre jeune fille pourrait avoir la même conduite dans un contexte différent (ou similaire) et être jugée de manière complètement différente!”

En lisant cette partie de ton texte, je me pose cette question : doit-on se baser sur l’acte commis en tant que tel pour considérer une personne délinquante ou non, ou doit-on plutôt se demander comment elle même juge son acte? A première vue c’est un vol, mais avait-elle conscience qu’elle commettait un vol?
A mon humble avis de non spécialiste, le délinquant est celui qui commet un “délit” en toutes connaissance de cause.

Mais apparemment, “nul n’est censé ignorer la loi”, donc si Arame est jugée, elle le sera comme n’importe quel voleur “de grand chemin”. Les lois pénales ne sont que des construits donc qui peuvent être déconstruits, remaniés, revus,… Heureusement, il y a encore des panoplies pour aider les jeunes qui contreviennent comme les circonstances atténuantes ou le bénéfice du doute. Dans tous les cas, beaucoup de lois pénales appliquées aux jeunes devraient être analysées à l’aune de ce qu’est la société et de ce qu’elle leur fait subir.

Doit-on considérer l’acte commis par Arame comme un vol, comme n’importe quel vol, comme un « emprunt »? Partir de la “perspective située” de cette dernière pourrait permettre de comprendre son acte.
Ce bout de paragraphe avec la question posee me fait penser à une dicton peul ( casamance) qui dit ” jeetu ka faala wana ngouyka” littéralement ” prendre ce que l’on desire et qui soit vital n’est point du vol” c’est tres culturel.

Cela montre à quel point la définition de qui est déviant, délinquant ou criminel est tout à fait relatif, et peut donc être revu si on le veut

On voit ainsi que tout comme le féminisme “blanc” beaucoup de concepts sont également empruntés à d’autres sociétés qui n’ont pas la même histoire, la même évolution que la culture africaine ou sénégalaise en particulier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search