Catégories
Réflexions personnelles

Féministe….Moi?!

Une vue du bâtiment des Sciences de l'Éducation à l'Université Laval
Un paysage automnal rue des Sciences humaines, Université Laval

Le processus  qui m’a permis de réfléchir sur ma posture épistémologique dans ma recherche me semble bizarre, ou du moins pas commun. L’épistémologie est le courant de pensée dans lequel nous nous situons et qui oriente le cadre conceptuel, la méthodologie de notre recherche tout comme les analyses de nos résultats. Il s’agit de décider de la manière dont nous considérons la production des connaissances, comment nous définissons la réalité à étudier et les moyens de l’étudier. Par exemple, de manière assez schématique, la réalité peut être vue comme objective et distincte de nous comme dans les sciences naturelles (épistémologie positiviste) ou au contraire, dans les sciences humaines et sociales,  considérée comme subjective et construite par les individus (épistémologie compréhensive). Dans ce dernier cas, la recherche de sens est privilégiée et donc la subjectivité. Plusieurs perspectives (ou paradigmes) se réclament de l’épistémologie compréhensive dont le courant féministe.

À ce propos, dans nos discussions, Annie Fontaine, ma directrice de thèse, m’avait suggéré de faire plus de recherches sur la perspective féministe et vérifier si cela collait avec mon objet de recherche.

En effectuant ces recherches, j’ai découvert que les réflexions et analyses féministes étaient extrêmement pertinentes et permettaient le mieux de comprendre les situations singulières des femmes et des filles en particulier dans le champ pénal. Toutefois, ça ne me convainquait pas d’embrasser, pour mon sujet de thèse, cette perspective féministe que je découvrais. Elle me semblait encore trop peu coller aux réalités de mon objet de recherche, les filles en conflit avec la loi au Sénégal. De plus, le féminisme n’avait pas forcément bonne presse au Sénégal….

Jusqu’à ce que je découvre la théorie de l’intersectionnalité dénommée ainsi par Kimberley Crenshaw. Cette féministe africaine américaine, durant les luttes féministes et celles pour les droits civiques aux États-Unis, s’insurgea justement contre le fait que le militantisme des femmes blanches tout comme les luttes anti-raciales des hommes noirs, ne permettait pas de mettre en évidence les réalités vécues par les femmes noires. Ces réalités se retrouvaient ainsi invisibilisées car elles se situaient à l’intersection de ces luttes, d’un côté anti-raciales et de l’autre antisexistes, d’où le terme d’intersectionnalité. La théorie intersectionnelle peut s’appliquer également pour des catégories de discrimination autres que le genre et la race, comme l’âge, le niveau scolaire ou l’origine rurale/urbaine, si je considère par exemple les adolescentes en conflit avec la loi. Ainsi donc découvrais-je que le féminisme n’est pas que “blanc”…

De plus, en lisant et en continuant à découvrir les féminismes dans le monde, je me suis rendue compte que beaucoup de femmes du Sud (Afrique, Amérique du sud et Asie) se positionnent également par rapport au féminisme des femmes du Nord dans un mouvement dit post-colonial. En tant que femmes du Sud, nous sommes conscientes des problématiques communes à toutes les femmes auxquelles nous faisons face également notamment la violence, les discriminations, le sexisme, etc. Mais certaines réalités nous sont propres par exemple le mariage d’enfants et les pratiques traditionnelles néfastes pour n’en citer que quelques-unes en Afrique. Il n’est pas besoin que d’autres femmes portent ces luttes pour nous sans forcément comprendre nos réalités et surtout, nos vécus, réflexions et analyses doivent être entendus au même titre que ceux des femmes du monde occidental. Il ne devrait donc pas y avoir une certaine forme de condescendance de certaines femmes par rapport aux réalités vécues par d’autres femmes. Nos voix doivent être prises en compte et valorisées au même titre que celles de femmes d’autres parties du monde, le tout devant  enrichir le mouvement féministe global, et donc toutes les femmes.

De ce point de vue-là, je peux opter pour une épistémologie féministe ET post-coloniale du moins pour mon sujet de thèse. Pour moi, cette posture s’impose en quelque sorte si je veux produire un travail de qualité et aboutir à des résultats probants.

Toutefois, du point de vue personnel, il en est autrement. Je peux me considérer féministe post-coloniale oui, mais je suis surtout féministe musulmane. Des chercheuses musulmanes ont démontré que, traditionnellement, les textes sacrés musulmans ne sont pas interprétés de manière avantageuse pour les femmes. Or, tout comme ces dernières, je suis convaincue que l’esprit des textes sacrés tels que le Coran nous est foncièrement favorable. Pour moi, il est clair que la tradition au Sénégal et l’interprétation de ces textes (par certains hommes musulmans en tout cas) ont contribué à cet état de fait, du moins en partie. Oups, je change de sujet, mais j’écrirais sans doute plus tard un billet sur ce thème…..



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 3 juillet). Féministe….Moi?! Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx7

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

2 réponses sur « Féministe….Moi?! »

Bonjour Mme Diop. Un plaisir de vous lire. Quelle subtilité ! Un texte riche. Déjà ces phrases suffisent pour en faire un article. Je pense que ce combat des femmes doit aussi être un combat de l’homme. Il est d’abord scientifique. Seule les femmes bien instruites capable de démonter pièce par pièce le substrat scientifique déjà existant, les réalités culturelles, mais surtout des femmes osant s’appuyer sur les textes sacrés en vu de montrer la place de la femme a côté de ”celui” qui croit être le ”maître” à obéir ( je fais allusion aux hommes) sans complaisance pourront porter le combat au niveau national avant d’espérer l’international.
”Oups, je change de sujet, mais j’écrirais sans doute plus tard un billet sur ce thème…..” Nous attendons surtout ce billet.
Félicitations encore

Bonjour Faye!
Je te remercie pour ce message montrant que tu as compris ce que je veux dire (en tant qu’homme ;)). C’est effectivement un combat pour l’être humain plus qu’un combat pour la femme. Exactement!
J’espère bien entendu bénéficier de contributions de cette qualité lors de mes prochains billets…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search