Catégories
Pratiques de terrain

Quelle approche qualitative choisir?

Le superbe bâtiment du pavillon Louis-Jacques Casault de l’Université Laval

Parce qu’en recherche qualitative, il en existe plusieurs et cinq, au moins, plus connues. Contrairement aux approches en recherche quantitative, elles sont généralement plus inductives donc partent du terrain pour produire une théorie, découlent du particulier pour aboutir au général. Passons-les en revue en considérant mon objet de recherche…

Je commencerai par celles qui m’attirent le moins : la théorisation ancrée et la phénoménologie. La première me semble complexe et relativement longue pour un parcours doctoral. Elle me semble plus adaptée aux personnes rompues en recherche qualitative. Il s’agit grosso modo de faire émerger une théorie à partir des données de terrain au fur et à mesure de leur collecte, celle-ci se faisant concomitamment donc avec l’analyse. Elle est souvent utilisée pour des thèmes encore peu explorés. Quant à la phénoménologie, elle se réfère à la théorie du même nom qui cherche à comprendre le sens intrinsèque d’un phénomène. Elle me parait trop axée sur des aspects philosophiques à mon goût.

Les trois autres approches m’attirent plus et collent un peu mieux à mon objet de recherche : l’étude de cas, l’approche biographique et l’approche ethnographique.

L’étude de cas se concentre de manière relativement exhaustive et approfondie sur un ou des cas, pouvant être une personne, une institution ou même un évènement, pour comprendre un phénomène social. Par exemple, je pourrais étudier une adolescente en conflit avec la loi ou une institution pour filles en difficulté. Aussi, l’étude de cas peut concerner plusieurs adolescentes (qui constitueraient un seul cas) ou être multi-située en considérant plusieurs institutions de prise en charge avec une ou plusieurs filles dans chacune d’elles. Ainsi, concernant mon objet de recherche, plusieurs choix possibles apparaissent :  m’entretenir avec des adolescentes en conflit avec la loi incarcérées, avec d’autres placées en internat ou avec d’autres encore, suivies en liberté surveillée (c’est-à-dire en milieu ouvert, dans leur milieu naturel de vie).  Ou avec toutes à la fois en comparant leurs propos. Toutefois, ce dernier choix reviendrait à poser comme hypothèse que le vécu « délinquant » et judiciaire des adolescentes serait différent dépendamment de la mesure prise à leur encontre; ce dont je ne suis pas certaine….

Concernant l’approche biographique, elle m’a immédiatement attirée du fait que la parole des filles est mise en avant. Il s’agit en effet de récolter les récits des adolescentes de leur parcours biographique et des trajectoires les ayant menés à leur expérience judiciaire. Pour ma recherche, il me semble important de partir de leur propre perspective pour comprendre leur vécu. Toutefois, à ce niveau, je me questionne sur ce que je recherche dans le recueil de leurs récits. Car ce ne sont pas seulement les faits, leurs conduites qui me semblent importants à connaître, mais le sens, les significations qu’elles donnent à cette expérience. Le tout dans un contexte social sénégalais qui établit un contrôle social formel et informel relativement strict des individus et encore plus des femmes et des filles.

Et c’est là que l’approche ethnographique me semble plus pertinente car elle permet d’étudier les contextes sociaux de manière plus spécifique. En effet, cette approche, qui est celle prisée en ethnologie, privilégie beaucoup plus l’observation comme technique de collecte des données et utilise l’immersion dans les milieux sociaux afin d’en comprendre les mécanismes et le fonctionnement.

Tout compte fait, il me semble qu’un mix des deux dernières approches ferait bien mon affaire! L’approche biographique pour recueillir la parole des adolescentes et partir de leur perspective située, avec comme outil par exemple le récit de vie, se conjuguerait avec l’approche ethnographique, et l’observation (participante ou non) comme technique, pour comprendre les mécanismes sociaux et les situations sociales à l’œuvre dans le vécu de celles-ci.

Je ne sais pas si cette possibilité existe, je suis encore en pleine réflexion. Dans tous les cas, je vous tiens au courant….

 



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 8 juillet). Quelle approche qualitative choisir? Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx8

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

4 réponses sur « Quelle approche qualitative choisir? »

La perspective qualitative de votre recherche est justifiée par la pertinence de vos différentes preoccupations de chercheure.
A mon avis la deuxieme approche biographique semble plus operationnelle au regard de votre problème centrale de recherche.
Il sagit si je comprends bien de leur experience a travers une trajectoire historique de leur vie # tumultueuse# qui les a conduit à la situation de conflit avec la Loi bien sur maiscaussi conflit avec cette toile d’araignée # la famille#.
Pour avoir plus de données la biographie serait intéressante du point de vue de la richesse des verbatim.
Mais à mon humble avis cette seule approche suffirait car l’approche ethnographique qui demande une immersion dans l’univers de la recherche non simplement terrain mais encore population cible demande du temps a allure de recherche longitidunale meme avec l’observation comme principal outil de receuil de données. COURAGE DIRECTRICE

Merci Directeur, j’ai bien besoin de courage! En fait, les deux approches peuvent être pertinentes et ça dépend de l’aspect sur lequel je veux mettre l’accent: les parcours de vie des filles (approche biographique) ou les contextes sociaux qui ont produit leur situation (approche ethnographique). Les deux sont intéressantes, il faut juste que je me décide…

Bien sur il est possible de combiner les deux approches cest juste une question de temps surtout avec un engagement sans faille.
Meme lapproche etude cas que vous avez soulevé peut regler votre quest de population cible a etudier( structures de prise en charge où vous echantillonnage raisonnée et etude en milieu ouvert avec le même type d’échantillons. ) En tout cas je vous felicite déjà de cette entreprise et bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search