Catégories
Pratiques de terrain

Recherche participative, recherche collaborative, MARP….

Un petit garçon dans un village africain – photo de Nambasi

Le sigle MARP signifie Méthode Accélérée de Recherche Participative et désigne un format de stage d’étude du milieu utilisé dans la formation des travailleurs sociaux spécialisés en particulier, mais aussi dans d’autres formations professionnelles au Sénégal .

Le point commun entre les différentes dénominations du titre de ce billet est donc leur faculté de promouvoir la participation ou la collaboration des personnes ciblées lors du stage ou de la recherche.

Je connais la MARP pour l’avoir “pratiquée” lorsque je travaillais dans l’encadrement pédagogique à l’ENTSS (École nationale des Travailleurs sociaux spécialisés) de Dakar. La méthode du stage est dite accélérée car celui-ci se déroule sur quelques jours, en général moins d’une semaine, le plus souvent en zone rurale. Sa plus-value est qu’il se réalise avec la pleine participation des membres du village concerné, notamment dans l’utilisation des outils de collecte des données (p.ex. carte des ressources, arbre à problèmes) et parfois dans la rédaction des contenus du rapport. La rencontre de restitution qui clôture le stage et assure la validité des informations recueillies en constitue un gros temps fort.

Les recherches participatives ou collaboratives utilisent le même principe qui est d’associer les personnes concernées au processus de la recherche. Plusieurs niveaux de participation peuvent exister, certains prônant la contribution des personnes concernées dès la formulation des questions et objectifs de recherche, ces dernières étant considérées comme expertes de leur situation. D’autres vont les impliquer dans l’élaboration des instruments de collecte, à la collecte même, à l’analyse ou encore à l’interprétation des données.

Si j’évoque la MARP pratiquée au Sénégal en même temps que la recherche participative/collaborative, de plus en plus prisée parmi les méthodes qualitatives, c’est pour souligner le fait que favoriser la contribution des personnes dans les interventions n’est pas nouveau dans la formation des personnels du travail social. En revanche, c’est beaucoup plus récent en recherche scientifique dans laquelle les chercheurs et chercheuses sont considérées comme “experts” et “expertes” et les personnes participantes les “sujets” ou pire, des “objets” de recherche. En fait, dans la recherche participative ou collaborative, ce sont les personnes concernées qui sont les “expertes” de leur situation et le ou la chercheuse adopte une posture de non-expertise devant elles.

Les recherches participatives/collaboratives sont encore peu connues en Afrique à ma connaissance, du moins au Sénégal. Dans le domaine des sciences sociales et surtout du travail social, elles pourraient y vivre selon moi de très beaux jours. De manière globale, il me semble que les spécialistes de l’aide et de la coopération en direction de pays en développement comme le Sénégal ont bien intégré l’exigence d’impliquer les destinataires de cette aide ou de cette politique de coopération dans leurs projets et programmes sous peine d’échec. De même, les différentes équipes pédagogiques de l’ENTSS ont apprécié à leur juste valeur les retombées des stages MARP pour les étudiants et étudiantes, les milieux ruraux concernés et les autorités des zones visitées. Des stagiaires d’institutions de formation partenaires de notre école de formation, comme l’IFRASS (Institut de formation, de recherche et d’action sanitaire et sociale) de Toulouse, l’ESPS (École supérieure de praxis sociale) de Mulhouse, le Cégep Marie-Victorin de Montréal, la HETS (Haute école de travail social) de Lausanne sont revenus enthousiastes d’avoir découvert, de l’intérieur, les réalités vécues par les populations. D’ailleurs, Mamadou Mansour Seck, un collègue travailleur social, aujourd’hui professeur à Cleveland, avait présenté la MARP  et les perspectives de cette méthode participative (résumé ici) et avait obtenu un grand succès au congrès de l’AIFRIS (Association internationale pour la formation, la recherche et l’intervention sociale) de 2015.

Globalement, outre les recherches participatives/collaboratives, il se pourrait même que les méthodes qualitatives de manière générale s’adaptent beaucoup mieux au contexte sénégalais et africain (sans parti pris!) : l’importance des interactions humaines, la mise en exergue des liens sociaux (parenté, voisinage), la valorisation de l’oralité, le caractère moins structuré, parfois informel, des entrevues et des observations en sont des caractéristiques phares. Tous ces éléments mis en exergue dans la recherche qualitative sont fortement valorisés dans l’environnement africain.

PS: Je n’ai pas de photos de mes expériences de MARP, j’ai donc récupéré la photo de ce superbe petit garçon du site Pixabay. Chers lecteurs et lectrices qui avaient vécu la MARP, n’hésitez pas à partager dans vos commentaires vos ressentis et opinions sur ce stage. Et aussi des photos si vous le voulez bien: ce serait une belle manière de magnifier l’importance de la méthode participative pour les populations locales…



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 5 août). Recherche participative, recherche collaborative, MARP…. Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amxa

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

17 réponses sur « Recherche participative, recherche collaborative, MARP…. »

La MARP, l’une des outils de recherche qui s’applique à tous les champs. Merci chère Prof de nous avoir donné la chance de participer à ce stage avec des outils de recherche qui dépasse le milieu rural.
Certes, nous avons pratiqué la MARP en milieu rural pour une très courte durée. Cependant, durant ce stage, nous avons appris, étant des stagiaires sans aucune expérience du travail social, pour rappel c’est au début de la deuxième année de formation, que pour accompagner une population, il faut que cette dernière soit au centre de tous les démarches. C’est à dire que la population participe à toutes les discussions, toutes les décisions prises et aux professionnels de s’abstenir à toutes sortes de propositions. C’est la population qui fait face à un problème, elle connait mieux la zone et les difficultés rencontrées, les ressources dont elle dispose. La seule chose dont elle a besoin c’est qu’un professionnel le pousse à se rendre compte de toutes les richesses (carte de ressources, diagramme de polarisation, etc.) dont elle dispose et comment faire pour résoudre son problème à l’aide de l’arbre à problème qui est exposé devant toute la population ( hommes, femmes et enfants).
en plus, il s’agit pas d’un professionnel qui remplit un tableau et l’expose à la population mais plutôt d’un arbre avec les problèmes dont rencontrent la population, des pistes de solutions données par cette même population et des besoins.
ceci dit, au sortir de ce stage, le jeune stagiaire se rend compte que son travail n’est pas de trouver des solutions pour chaque personne et ou population accompagnée mais plutôt de pousser à la personne à trouver en elle-même des compétences et capacités à sortir de cette situation qu’on appelle vulnérabilité.

A cet effet, c’est une des méthode que j’utilise beaucoup pour ma nouvelle expérience en qualité de Coordinateur du projet de Passer’Aile en France qui est un projet d’échange de pratiques entre TS pour une meilleure prise en Charge des MNA Ouest Africains. Grâce à l’expérience de la MARP, nous pouvons supporter la charge du travail, la pression, le travail collaboratif et partir des intérêt du jeune et des ressources dont il dispose pour lui faciliter son intégration sociale et professionnelle avec un processus d’acculturation plus rapide.

Merci cher prof.
Abdoulaye CISSE
Coordinateur du Projet Passer’Aile/Paris

Super Abdoulaye pour ta belle réponse mais aussi pour ton poste de coordinateur de ce projet. Je ne savais pas que tu étais à Paris. Je te souhaite une belle carrière dans ce domaine et une réussite en bout de ligne.
Tu as parfaitement compris l’importance de placer les populations au centre de leurs enjeux, quels qu’ils soient. Les personnes concernées par n’importe quelle problématique sont en fait les “connaissseuses”, les expertes de leur expérience. Nous, que l’on soit dans la recherche ou l’intervention, devons faire profil bas, si je puis m’exprimer ainsi.
Merci pour ta contribution!

Ah oui! Pourtant j’en avais parlé à Monsieur Diop avant de voyager, certainement, il a oublié de vous en parler.
C’est un plaisir de vous suivre à travers ce bloc. C’est un bel tribune pour nous TS et élèves de nous enrichir.

Merci pour tout.

Bonjour Yakhara,

La MARP comme son nom l’indique est une méthode active de recherche participative. Elle requiert la participation des populations et ne peut réussir sans leur apport. Elle permet, dans un court délai la mobilisation des populations pour identifier avec elles les problèmes et leur apporter les solutions appropriées. Les organiser en I.E.C (Information, Communication, Education) pour une auto prise en charge en faisant appel à leur esprit d’initiative, à leur créativité et à leur sens de responsabilité.
Mais au-delà de ces aspects, les outils de la MARP permettent d’intervenir facilement dans des types de recherche comme le PAR (Plan d’Action et de Réinstallation) suivant des directives opérationnelles des bailleurs. Cela fait ressortir l’intérêt porté à l’approche participative mais le rôle important que doivent jouer les populations dans tout projet de développement car elles doivent être au début et à la fin. S’y ajoute la préparation du futur intervenant à évoluer partout, sous pression et dans un milieu interculturel.
Des outils comme la carte sociale, le diagramme de polarisation ou de venn permettent de mieux cerner milieu d’intervention plus particulièrement avec les mines au niveau du département Relations communautaires qui joue le rôle d’intermédiation entre la population et la mine.

Waw! Merci Sadibou pour ta riche contribution. Tu restes donc un bon TS malgré ta nouvelle casquette de DRH…

Oui Professeur la MARP an été une riche expérience en terme de recherche vu le niveau élevé de participation. Aujourd’hui, beaucoup d’intervenants tendent à impliquer comme vous l’avez soulevé, les bénéficiaires dans la formulation même du projet. Cela est d’autant plus intéressant puisque cela contribue à relever le niveau de participation. Personnellement c’est une méthode que j’intègre en milieu professionnel pour mieux impliquer la communauté dans la définition de leurs besoins prioritaires. En tout cas il serait opportun qu’elle aille au delà de la formation ; c’est à dire qu’elle soit intégrée comme approche privilégiée par nos gouvernants afin de mettre en place une politique sociale efficace sur la base des informations recueillies, hiérarchisée et validées par les populations premières destinataires de ces politiques.
La population elle memyse sentirait actrice de son épanouissement.

Merci Christian pour ta réponse. Oui, je pense aussi qu’il est primordial dans la définition des projets personnels ou de développement d’impliquer les populations afin de coller au mieux à leurs préoccupations. C’est la meilleure voie pour intervenir avec les populations cibles. Même la recherche qui n’était pas réputée faire participer les bénéficiaires l’a compris actuellement…

Mon feeback, suite au stage de la MARP.
Tout à fait d’accord avec vous chère professeur.
Ce stage a été pour moi, une des plus belles expériences .
Je confirme que c’est un stage d’une durée courte, intense en terme d’économie de travail, c’est aussi un stage qui prépare le futur professionnel d’être en capacité de travailler en toute flexibilité et adaptabilité de tous les aléas du terrain et du champ social dans sa globalité. Certes, il faut reconnaître que c’est un travail fastidieux, où les étudiants (stagiaires professionnels) travaillent avec acharnement et intelligence afin d’être dans le timing, c’est aussi des veillées de nuitées, car le travail étant bien réparti par binôme, c’était vraiment la course à la montre.
Il y’a donc lieu de mentionner que l’intérêt de ce stage prépare le futur professionnel à faire face au volume du quantum horraire une fois à l’exercice du métier.
Personnellement, ce stage m’a permis aujourd’hui en France de travailler en toute liberté surtout on arrive dans des structures comme les MECS ( Maisons à caractère sociales) où les horaires de travail son volumineux, et le travail est autant administratif et éducatif en termes d’accompagnement et de suivi de projets personnels des jeunes.
Un des points phares de ce stage, comme vous l’avez susmentionné, c’est aussi l’implication de la population dans la construction des outils pédagogiques ( la construction de la carte mentale et arbes à problème).
C’est aussi une recherche basée sur le cadre théorique (en prenant connaissance de l’état de l’art, c’est à dire la partie de la revue de la littérature, en appui aussi des rapports et de toute la documentation que l’on pouvait retrouver au niveau des offices publics et organismes non gouvernementaux implantés dans la région, département commune, terrain de stage) et cette partie empirique qui concerne à recueillir des données factuelles auprès des personnes ressources (chefs du village, imams, chefs coutumiers, femmes traditionnelles, GIE, président jeunesse, ASC etc.
Ce qui laisse entre, que cette méthode de récolte de données du terrain, trouve son originalité avec l’implication, investissement de la population sur l’ensemble des problèmes qui ressortent de l’outil pédagogique (arbe à problème). C’est au lieu d’indiquer à ce niveau, que cette arbe à problème permet de ressortir toutes les difficultés auxquelles la population rencontre.
Et c’est en fonction de ces nombreux problèmes listés par la population lors d’un atelier de travail, que les stagiaires s’appuient pour faire une analyse constructive lors de la rédaction du rapport final.
C’est à l’issue de ce stage que j’ai pu mettre en exergue le cours de travail social communautaire, de travail personnel, de travail en groupe, surtout ce dernier car l’aspect dynamique du groupe était primordial, et au passage, c’est aussi une occasion pour moi de rendre hommage à tous ces professeurs qui enseignent ces cours, mais également aux superviseurs, malgré, le fait qu’ils passaient nous voir et remettre à zéro notre travail pour des questions d’ordres pédagogiques et attentes du terrain.
Toutefois, c’est aussi un passage de supervision constructive et formelle.
Le plus beau souvenir de ce stage, c’est qu’il prépare le futur professionnel à la recherche, collecte de données et traitements, mais aussi à l’écriture et à la familiarisation des logiciels et outils pédagogiques.
C’est aussi un stage qui prépare le futur professionnel à l’oral. Il lui permet de connaître le domaine administratif avec la prise de connaissance du travail administratif (la rencontre avec les élus locaux, ONG et GIE).
C’est aussi, un stage qui permet au futur professionnel de s’adapter, s’accommoder au mode de vie de la population, connaître les codes, donc s’intégrer facilement dans terrain.
C’est aussi de bels souvenirs et élargissement de son réseau social professionnel.
Cordialement,
Aliou Diatta ton ancien élève.

Super Aliou Diatta!
Merci de ta riche contribution. Tu montres non seulement que la participation des populations est importante dans le déroulement du stage mais également que c’est formateur pour le stagiaire. La preuve est que tu l’appliques dans ton champ professionnel en France. Bravo à toi pour ça!

La MARP, est une puissante méthodologie dans la recherche pour le développement d’une localité. Cette méthode invite à la population par le biais des chercheurs ( étudiants par exemple) à analyser sa propre situation et à pla8des activités pour l’améliorer.

Merci Pape Mbagnick! Tu as raison, avec la MARP et les méthodes participatives, les populations sont plus intéressées à s’impliquer dans le développement de leur localité.

Le stage MARP est assurément l’une des plus belles expériences de terrain que l’ENTSS nous a fait vivre.
C’est le moment pour les étudiants de jauger l’impact de la participation citoyenne dans le processus d’élaboration de projets/programmes. En effet ce stage implique la population pas qu’en tant que hôte simplement mais en tant élément phare tout au long de ce processus. De plus c’est un moyen d’appuyer les organisations communautaires en informations fiables et en proposition de solution adaptées aux réalités du village d’accueil.
Merci Cher professeur pour ces acquis.

Super! Merci Yacine pour ce témoignage. Je suis entièrement d’accord avec toi: les populations sont les “phares” du processus d’étude de milieu comme dans les projets ou programmes de développement et maintenant en recherche également, elles sont de plus en plus impliquées dans toutes les étapes.

Bien dit Mme Diop. Et nous éprouvons un immense et réel plaisir de vous lire. AMARP, Un outil très pratique qui ne doit pas seulement se limiter aux questions de stage mais voir même comment aider les collectivités locales même à s’approprier de cet outil qui allie efficacité et efficience dans le cadre des diagnostics situationnels de leur terroir et de la conception de plan de développement avec les populations. Certes il ya des collectivités qui font des efforts en impliquant tant soit peu les populations mais si véritablement nous voulons répondre aux exigences du code des collectivités territoriales qui donne une importance capitale à l’implication des populations aux affaires leurs concernant, de l’identification de leur problème, ressources jusqu’à l’évaluation des politiques locales en passant par la conception et la mise en œuvre, ces collectivités doivent être aidé par cet outil que les travailleurs sociaux ont très bien maîtrisé. C’était une petite digression en guise de contribution Mme Diop

Merci Birane pour ce commentaire!
Ce n’est pas une digression, il s’agit dans ce billet de participation et d’implication des populations que ce soit en stage d’étude du milieu, en recherche ou en politiques de développement local comme tu l’expliques si bien, cela reste pertinent. Dans tous les cas, la participation des populations dans les affaires qui les concernent reste une question fondamentale à prendre en compte.
Je te remercie pour ton suivi…

Effectivement la MARP est une pratique courante a L’ENTSS et toutes les equipes pedagogique l’ont expérimentée et maîtrisée.
Lors du symposium de l IASWG en 2021 M.Alioune Mbodj et M.Mbow ont eu a en faire une communication en reference au travail social de groupe et le titre etait ” ENSEIGNER LE GROUPE A TRAVERS LA PRATIQUE DE LA MARP” ces expériences trouveraient terrain fertile en Afrique surtout au Senegal en appui aux theories des connaissances locales.
Au fait les demarches demeurent similaires malgre les differences terminologiques. Recherche collaborative, participative, rapide ou accélérée………..

Merci de confirmer ce que je sentais intuitivement Directeur. Cela montre encore qu’autant pour le stage de formation, la recherche, l’enseignement mais sans doute aussi pour l’intervention (notamment de groupe), la collaboration ou la participation des populations concernées est fondamentale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search