Catégories
Parlons théories et concepts

La théorie intersectionnelle : là où les catégories de discrimination se rencontrent

Un exemple d’intersection où deux routes se rejoignent (Bruxelles)

Et si j’étais un homme? Et si j’étais blanche? Vous qui me lisez, posez-vous donc cette question : je suis un homme mais si j’étais une femme, je suis blanche mais si j’étais noire ou vice-versa.

Dernièrement, j’ai visionné la vidéo d’un homme sur Facebook qui s’habille, se maquille, et se transforme en une femme pendant une journée. Il se fait constamment harceler, siffler dans la rue et, à la fin de l’expérience, confie que cela doit être extrêmement éprouvant de se faire regarder tout le temps tout en se demandant ce qu’on pourrait se faire dire! Même encore, avec cette expérience, cela ne suffit pas pour comprendre la situation des femmes. Pour cela, il faut vraiment être une femme et le vivre au quotidien .

De la même manière, il est difficile voire illusoire de prétendre cerner les difficultés vécues par les personnes noires quand on n’en est pas une. Ici, le vice-versa ne s’applique pas: il n’y a pas de difficultés à vivre du fait de sa peau blanche. Historiquement, ce sont les personnes noires qui ont un vécu de racisme, et pas le contraire ; les personnes blanches ayant toujours bénéficié d’un statut de personnes privilégiées. Bien entendu, il est question dans mon propos des communautés (noires ou blanches), et pas des individus pris isolément qui pourraient avoir un vécu tout à fait différent. Quoique peu de personnes noires pourraient se targuer de n’avoir pas subi, directement ou indirectement, à des niveaux de gravité différents, des actes ou paroles racistes.

Voilà donc un drôle de détour pour évoquer l’intersectionnalité (déjà abordé dans un billet précédent)! Partir du point de vue situé de la personne marginalisée, de sa propre perspective, mais surtout comprendre qu’une grande partie des personnes se trouvent à l’intersection de plusieurs catégories de discrimination: tel est le principe de base de la théorie intersectionnelle. Aux débuts de l’intersectionnalité, pour la plupart des Noires américaines, les principales catégories de discrimination identifiées sont le genre, la “race” (je mets les guillemets car, bien évidemment, seule la race humaine existe!) et la classe (ou statut socio-économique).

Rappelons que la théorie intersectionnelle est apparue dans le sillage du mouvement féministe aux États-Unis et s’est distinguée de manière critique du féminisme dit blanc porté majoritairement par des femmes, blanches, scolarisées, de classe moyenne. À l’époque en effet, les Noires américaines avancent qu’elles se retrouvent “dans les marges” autant dans les revendications féministes (des femmes blanches) que dans le mouvement anti-raciste (des hommes noirs), d’où la notion d’intersection et, à terme, d’invisibilisation de leurs situations singulières. En effet, située à l’intersection de deux ou plusieurs facteurs de discrimination, la personne se retrouve incapable de choisir entre les deux. Car quelle que soit la route qu’elle choisirait,  un aspect de son identité (l’autre route) serait ignoré, méconnu et donc invisibilisé.

Pour partir de mon exemple, il est clair que je suis femme ET noire (et encore bien d’autres choses, bien sûr). Je ne peux faire un choix d’être l’une OU l’autre, les deux sont imbriquées.

L’invisibilisation concerne aussi les adolescentes en conflit avec la loi qui sont l’objet de ma recherche, elles sont filles ET mineures. En plus du genre, du statut judiciaire et, a priori, de la classe, l’âge constitue une autre catégorie de discrimination qui s’adresse à elles (je reviendrai sur cette catégorie de l’âge et sa spécificité au Sénégal). Le terrain nous en révèlera sans doute d’autres encore…



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 29 juillet). La théorie intersectionnelle : là où les catégories de discrimination se rencontrent. Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx9

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

2 réponses sur « La théorie intersectionnelle : là où les catégories de discrimination se rencontrent »

“En plus du genre, du statut judiciaire et, a priori, de la classe, l’âge constitue une autre catégorie de discrimination qui s’adresse à elles.” Chère prof, une question me taraude l’esprit, surtout concernant la société sénégalaise. Si nous mettions l’accent sur la classe sociale au Sénégal, une mineure issue d’une famille aisée pour ne pas dire de famille privilégiée, serait elle jugée de la même manière qu’une autre venant d’une famille vulnérable pour ne pas dire pauvre comme le dit cette même société? La société oserait elle à condamné son acte comme délinquant?

Sur ce prisme, quel est le rôle de l’éducation surveillée?

La classe (ou statut socio-économique) comme le genre, l’âge, le statut judiciaire sont tous sources de discrimination. Nous avons échangé sur le fait que plus de garçons sont jugés et incarcérés que de filles (genre); les filles considérées en danger sont plus nombreuses dans le système judiciaire que les filles considérées en conflit avec la loi (statut judiciaire) et a priori, nos observations et les statistiques nous montrent que plus de personnes “pauvres” ou “vulnérables” sont pris dans les filets du système judiciaire. Oui, tout le monde est égal devant la loi selon les textes mais il est clair que les faits démontrent que c’est inexact.
Les professionnels de la police, des tribunaux, des prisons et donc même de l’Éducation surveillée sont aux prises avec des perceptions et des attitudes qui sont traduites sans doute de manière inconsciente dans des traitements différents selon qu’on est une fille ou qu’on est pauvre. La faute n’est pas aux personnes prises de manière individuelle mais aux représentations sociales issues de la société sénégalaise en général, et du monde également. C’est un phénomène universel il me semble.
Merci de ta préoccupation. Tu me donnes l’idée d’écrire un billet sur ce phénomène de traitement différentiel dans le système judiciaire..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search