Catégories
Pratiques de terrain

L’éthique, toute l’éthique, rien que l’éthique..

Le juge Kéba Mbaye
Photo du juge Kéba Mbaye (crédit photo: leral.net)

Dit (ou plutôt écrit) de cette manière permet de rendre compte à quel point l’éthique est au cœur de toute chose, du moins en ce qui me concerne, quand je jette un coup d’œil dans le rétroviseur de mon parcours personnel et professionnel. Et encore maintenant, alors que je suis arrivée à la fameuse étape de proposer mon projet de thèse au comité d’éthique et de la recherche de l’Université Laval.

Le procès et le Code de Nuremberg ont été les évènements précurseurs établissant la nécessité de garde-fous éthiques en recherche. Ainsi, des comités d’éthique et de la recherche existent dans toutes les universités et institutions de recherche, du moins au Canada, et évaluent, avant la phase de terrain, les conditions objectives de faisabilité  de la recherche dans le respect de la personne  pour tous les projets se déroulant avec des êtres humains. La base essentielle de cette évaluation est donc celle du respect de la dignité humaine. Selon les trois conseils de la recherche au Canada, trois principes directeurs permettent d’exprimer ce respect de la dignité humaine : le respect de toutes les personnes participantes à la recherche, la préoccupation de leur bien-être et la justice (EPTC2, 2018) ; les personnes participantes étant entendu comme celles qui sont impliquées dans la production des données de la recherche.

L’étape du passage au comité d’éthique est une étape souvent redoutée au niveau du projet de thèse .

Pour des raisons symboliques parce qu’elle constitue la porte d’entrée de la phase de terrain, mais surtout parce que les comités d’éthique de la recherche sont réputées être extrêmement exigeantes. Il y a des étapes et normes à respecter qui, si elles ne le sont pas, peuvent entraîner des délais dans la poursuite de la recherche voire le rejet pur et simple du projet.

Pour ma part, l’éthique est fondamentale comme le disait feu le juge Kéba Mbaye, ancien président du Conseil constitutionnel du Sénégal et ancien juge à la Cour de la Haye, dans son célèbre discours à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar . Selon lui, l’éthique « devrait être adoptée […] comme la mesure de toute chose car accompagnant le travail, elle est la condition sine qua non de la paix sociale, de l’harmonie nationale, de la solidarité et du développement ». Plus loin, il ajoute cette énumération que j’apprécie tant en précisant : « il faut aujourd’hui, qu’à travers le diagramme de l’éthique, soient aussi examinés avec soin, non seulement les sciences et les technologies, mais également les pouvoirs étatique, exécutif, législatif, judiciaire, l’éducation, la conduite de l’étudiant, le rôle de l’enseignant, la fonction d’administrateur, les activités économiques, les secteurs primaire, secondaire, tertiaire, la politique en général, le combat pour le pouvoir, la gouvernance, les rapports entre les différents membres de la scène politique, les relations entre gouvernants et gouvernés et le comportement de ces derniers, la communication, la famille, le voisinage, le sport, la culture, les relations internationales, les rapports entre pays riches et pays pauvres et, de façon générale, […] l’ensemble des activités et du comportement des hommes pris individuellement ou collectivement, mais aussi des États, c‘est-à-dire de leurs représentants ». Désolée de la longueur de la citation, mais je n’ai pas pu m’empêcher de la reproduire entièrement, tellement elle me semble essentielle et quasi-exhaustive.

Ce discours avait eu un retentissement personnel profond pour moi parce que les mots du juge Kéba Mbaye m’avaient particulièrement touchée, je partageais à l’époque en 2005 (et je partage encore dans une moindre mesure) cette opinion qu’il avait sur le monde, et sur la société sénégalaise en particulier, que nous allions droit vers un “monde sans éthique” si nous n’y prenions garde.

Université Laval - Boulevard Laurier

En conséquence, cette étape du comité d’éthique et de la recherche pour mon projet de thèse, je ne la redoute pas tant que ça. Au contraire, je suis impatiente de recevoir les avis et critiques du comité, même si je sais que les expertes et experts du comité vont se montrer particulièrement méticuleux et rigoureux envers mon projet. En effet, celui-ci a la particularité de s’intéresser à des personnes (les adolescentes en conflit avec la loi) considérées vulnérables de plusieurs façons, entre autres, par l’âge, le genre et le statut judiciaire. Ce genre de recherche est en général scrupuleusement scruté pour éviter que les personnes participantes ciblées soient lésées par et dans le processus. Ce que j’accepte parfaitement car je m’en voudrais d’être, d’une manière ou d’une autre, et du fait de ma recherche, à l’origine de mal-être, de souffrance ou d’autre inconvénient à l’égard des participantes.

À cette étape cruciale de mon cheminement doctoral, et ave l’aide du comité d’éthique de la recherche, je ne me sentirais vraiment prête à rencontrer les adolescentes en conflit avec la loi que si je suis vraiment convaincue non seulement que ma recherche n’entraine pas d’inconvénient ou de risque à leur égard mais surtout qu’elle va produire des résultats susceptibles de comprendre leur vécu et d’améliorer leurs conditions sociales. Face au comité d’éthique, souhaitez-moi bonne chance tout de même, et bien entendu, je vous tiens au courant de la suite…

Référence: Énoncé de politique des trois conseils – EPTC 2 (2018). Éthique de la recherche avec des êtres humains  ‐ document général et faits saillants (2ème édition). Gouvernement du Canada. https://ethics.gc.ca/fra/policy‐politique_tcps2‐eptc2_2018.html



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 1 septembre). L’éthique, toute l’éthique, rien que l’éthique.. Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amxb

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

2 réponses sur « L’éthique, toute l’éthique, rien que l’éthique.. »

Bonjour Mme Diop. Tjrs un plaisir de vous lire et c’est tjrs instructif pour vos étudiants que nous sommes/étions. La dimension éthique est un baromètre de mesure de toute action humaine. Elle est alors une moralité indispensable pour toute recherche surtout quand celle ci est entreprise sur des êtres humains et pour des êtres humains. Il ya alors des conditions à respecter selon les finalités aussi. T. Ramadan avait l’habitude de dire que la question centrale de l’éthique est celle ci: “Comment à partir des valeurs, des finalités on change le réel pour le meilleur ”. Et nous savons bien que la recherche a des finalités et elle vise à changer une situation réelle alors donc elle doit se fonder sur des valeurs méthodologiques d’abord, sur des valeurs de l’institution ensuite et doit enfin conjuguer la réalité du quotidien de l’être humain avec ses valeurs qui fondent sa dignité humaine
Dans un de mes mémoires que vous aviez même assuré l’encadrement avec beaucoup d’intérêt, j’avais mis l’accent sur la dimension éthique et je peux dire que c’est une petite partie de mon mémoire qui m’a beaucoup plue car il fallait prendre en considération 5 dimensions qui encadrent la morale de la recherche pour moi. Il s’agit des orientations de ton encadreur, des exigences méthodologiques de l’institution de formation, des exigences méthodologiques de la recherche scientifique, le respect des valeurs des êtres enquêtés et la morale ou les jugements subjectif et objectifs du chercheur autour des autres 4 dimensions. Merci Mme Diop de nous avoir rappelé cette moralité sin qua non qu’il faut prendre en compte pour toute œuvre humaine et particulièrement la recherche scientifique

Merci Birane pour ton message!
C’est important effectivement de considérer les cinq dimensions encadrant les aspects éthiques de la recherche. Il est essentiel aussi que ces cinq dimensions soient interreliés par exemple que les valeurs du ou de la chercheuse se réconcilient avec les exigences de respect de la personne participant à la recherche ainsi que de sa vie privée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search