Catégories
Réflexions personnelles

Météo et notion du temps au Québec

 

Un arbuste avec ses branches effeuillées sous un monticule de neige
Un arbuste effeuillé sous ma fenêtre après les premières neiges…

Pour le premier point, la météo, vous vous doutez que je vais plus ou moins parler de la météo québécoise et notamment du fameux hiver. Mais pas que… En fait, en matière de climat et de saisons, le Canada et en particulier le Québec est parfaitement bien doté. Toutes les saisons sont nettement différenciées, sans doute plus que dans d’autres zones du monde (surtout en Afrique) et toutes sont riches chacune à sa manière (même l’hiver). Je me suis surprise à m’impatienter avant l’arrivée de chacune (et même de l’hiver!) et à me réjouir durant chacune d’elles (même durant l’hiver!).

En discutant avec les personnes résidant au Québec, je les sens fières de leur particularité en matière de climat et de saisons et j’avoue que je les comprends. Beaucoup parmi ces personnes apprécient l’hiver qui est partie intégrante de leur bagage « génétique » permettant d’identifier le pays : la neige, la beauté immaculée et la douceur paradoxale des paysages malgré de grands froids (entre -15 et -25 degrés, plus rarement autour de -30 degrés, seulement quelques jours en 2021). La majorité aime l’automne et ses magnifiques couleurs chatoyantes, le plus apprécié étant le fait que l’humidité estivale est moins présente et rend plus confortables les évènements en extérieur. En effet, l’air est plus particulièrement humide en été et le climat se rapproche de notre saison de l’hivernage tropical sénégalais : il pleut beaucoup mais le soleil est au rendez-vous et rend festives toutes les activités de plein air.

En ce qui me concerne, je préfère le printemps, moins froid car la neige a fondu, puis disparu et surtout la neige des derniers jours hivernaux devenue grisâtre et gâchant tout paysage. Au printemps, j’adore observer le renouveau au niveau des plantes et des arbres qui bourgeonnent, des jardins et des parcs qui embellissent et même des visages et des corps qui semblent plus épanouis. C’est une sorte de réveil général pour toute la vie qui symbolise l’espoir de jours plus agréables à venir. C’est pour ça que j’aime cette saison…

En dehors des saisons, le second point de ce billet concerne le temps du (au) Québec. J’ai eu l’impression d’avoir une autre notion du temps, différente de celle que j’avais au Sénégal. Un cliché que nous avons au Sénégal est que dans les pays occidentaux, tout va plus vite, les temps sont comptés et le respect des horaires est scrupuleux. C’est effectivement le cas et c’est exactement ce que j’ai vécu et ressenti.

Ce doux pays, le Québec…Place Jean-Pelletier (Gare du Palais, Québec)

La ponctualité est quasiment érigée en loi, ainsi que le respect des délais. L’heure est exprimée à la minute près. Demander l’heure à un ou une québécoise, attendre le bus ou recevoir une livraison se fait de manière extrêmement précise. À plusieurs reprises, en regardant ensemble l’heure sur notre horloge murale (à aiguilles), ma collègue disait à haute voix par exemple 11 heures 47 (ou 43), alors que je pensais au même moment, il est midi moins quart. Combien de fois ai-je failli rater le bus parce que l’application de la RTC (Régie des transports du Québec) indiquait que le bus arrivait par exemple à 11h47 (ou 43!) et que, dans ma tête, j’avais “arrondi” à midi moins quart. Une chance pour moi est que je suis ponctuelle, ce qu’ironiquement je considérais être un défaut au Sénégal. Je ne pouvais m’empêcher d’être systématiquement à l’heure aux rendez-vous tout en sachant pertinemment que je serais seule à l’heure dite et que je devrais sans doute attendre un moment l’arrivée de la (ou des) personne(s) concernée(s).

Le troisième point fait le lien entre les deux éléments notés : les saisons et la notion du temps. C’est les changements d’heures et de luminosité selon les saisons, qui influent sur les heures de repas, les heures de sommeil, les heures de prières pour la communauté musulmane et sur toutes les activités en général. Je m’habitue doucement au fait que je me trouve au Canada dans l’hémisphère nord qui, contrairement aux zones du globe proches des tropiques et de l’équateur, voient ses jours et ses nuits se modifier considérablement au cours de l’année. Lors des premiers jours de l’hiver, il m’est arrivée à plusieurs reprises en hiver de ne manger que deux fois par jour tellement les jours sont courts et en contrepartie de me réveiller affamée en pleine nuit. Dans ma tête, je concevais difficilement de « souper » (le dîner pour les québécois) plusieurs heures après le coucher du soleil : il me semblait manger en pleine nuit! À d’autres reprises, j’arrêtais tôt mes activités parce que le soleil était couché alors qu’en fait il n’était que 16h par exemple et qu’il me restait en fait un large créneau pour continuer mes activités. Parfois, c’est la luminosité qui me jouait des tours lorsqu’il y avait moins de soleil, il me semblait être en fin de journée alors qu’il n’était que midi, par exemple. Le Sénégal est réputé pour son grand nombre de jours d’ensoleillement par année, j’étais donc peu habituée à la faible luminosité certains jours et, en fait, plus habituée à travailler avec la clarté du jour.

Bref, des éléments importants pour l’adaptation à un nouvel environnement que je n’avais pas intégré mais que j’ai dû prendre en compte dans mon fonctionnement quotidien (avis donc aux nouveaux arrivants provenant des tropiques!). J’ai dû apprendre à travailler selon les heures de la journée et non seulement en fonction de la clarté ou la luminosité du jour.

Notre faculté d’adaptation à ces éléments  va influencer et se ressentir sur notre énergie, notre motivation ainsi que sur le travail à fournir, le respect des délais, et comme ajoutait avec humour Frédéric Macé de l’ACFAS sur notre humeur et notre comportement avec les autres …

Ceci dit, à bon entendeur, salut!

Dites-moi dans les commentaires, vos stratégies pour vous acclimater au Québec ou à d’autres pays différents du vôtre…

Cite this article as: Yakhara Gassama, "Météo et notion du temps au Québec," in Adolescentes en difficultés et sociétés, 14/10/2022, https://aedes.hypotheses.org/417.

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn


Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search