Catégories
Évènements/Actualités

Le voile, symbole de liberté…

Deux jeunes voilées à Colobane, quartier de Dakar

Ce titre semble un brin provocateur puisque ce billet s’inspire de l’actualité en Iran où le port du voile est obligatoire pour les femmes et où nombre de femmes (et d’hommes) manifestent depuis plusieurs semaines contre leurs dirigeants politiques. Ces manifestations qui, ont fait des centaines de victimes, ont démarré après l’arrestation puis la mort d’une jeune iranienne voilée, arrêtée soit parce que son voile n’était pas bien attaché, soit parce que ses cheveux dépassaient de ce voile, selon les interprétations de diverses sources médiatiques.

En effet, la situation est médiatisée de telle sorte que le voile semble être à l’origine de tous les maux des personnes vivant en Iran, les femmes  d’abord qui sont à l’avant-garde mais soutenues tout de même par certains hommes. Cela jette un malaise dans tous les autres contextes pour lesquels le voile constitue un enjeu, en particulier chez certaines personnes migrantes dans des pays occidentaux en Europe ou au Québec. En effet, dans ces contextes, la question du voile n’a pas fini de verser de la salive et de l’encre. Le voile y est considéré comme LE coupable et devient le symbole de l’oppression des femmes iraniennes et par extension, de toutes les femmes musulmanes.

Il est important de bien contextualiser les significations du port du voile

À mon avis, le fond du problème en Iran est social, politique. Les raisons des manifestations actuelles dans ce pays dépassent la « simple » question religieuse du voile musulman et s’ancrent résolument dans des questions politiques profondes dont le rejet pur et simple de l’oppression sociale et politique, sans compter qu’en toile de fond il y a la question kurde en Iran (la jeune Iranienne morte était d’origine kurde), mais aussi et surtout le “patriarcat excessif” selon les mots de Mouhamed, un de mes neveux, qui étudie dans le domaine des sciences politiques et des relations internationales.

Dit autrement, l’obligation de porter le voile ne répond pas seulement à une exigence religieuse, mais constitue le soubassement de grandes différences de traitement entre hommes et femmes, autant religieusement que socialement et politiquement. Par exemple, pendant que le voile est rendu obligatoire chez les femmes, il est permis aux hommes certaines libertés comme le mariage temporaire. Les Iraniennes réclament donc une liberté de traitement. Beaucoup de femmes, tout en considérant le voile comme le symbole de ces injustices, ne se “dévoilent” pas parce qu’en soi, elles le renient mais dans une logique de défiance à l’égard du régime en place. D’autres femmes dénoncent les mêmes injustices tout en gardant leur foulard et en participant aux  manifestations.

En fait, le vrai problème en Iran découle du contrôle exercé presqu’exclusivement  sur les femmes notamment par la fameuse “police des mœurs” qui n’a d’yeux que pour la soi-disante immoralité des femmes et ignore dans le même temps des agissements similaires chez les hommes.

“Il existe moult raisons, autres que religieuses, de porter le voile”

En effet, il est important de bien contextualiser les significations du port du voile. Le contexte sénégalais est bien différent de celui de l’Iran : le Sénégal n’est pas une république islamique mais une république laïque, bien que fortement teintée religieusement (95% de la population est musulmane). Le port du voile n’y est pas érigé en obligation ni par la loi ni par les différentes confréries religieuses, mais il est fortement recommandé et vivement encouragé sur la base des versets coraniques largement cités: les versets 30 et 31 de la sourate 24 An-Nour (La lumière) et le verset 59 de la sourate 33 Al-Ahzab (Les coalisés). 

Ensuite, toutes les femmes ne portent pas le voile pour les mêmes raisons, notamment au Sénégal. En échangeant avec plusieurs jeunes filles et femmes, on se rend compte que leurs motivations sont bien différentes en dehors des considérations religieuses. Par le voile, certaines cherchent à se protéger contre les micro-agressions (voire agressions tout court) de certains hommes peu scrupuleux du respect de la vie privée, de l’intégrité et de l’intimité des femmes. D’autres, a contrario, veulent trouver un homme digne et respectable pour une relation franche qui ne serait pas basée uniquement sur des échanges sexuels. La plupart trouvent dans le voile un objet de mode, qu’elles appellent le voile « fashion », qui leur permet de trouver un style original. Certaines se réfugient dans des raisons plus pratiques qui leur permettent de cacher, parfois momentanément, leur chevelure ou leurs coiffures peu apprêtées, eu égard à la lourdeur des soins à porter aux cheveux crépus.

En ce qui me concerne, surtout au Sénégal, en dehors de renforcer ma foi, le voile me permet de m’affirmer en tant que femme, mais surtout d’abord en tant que personne . Le voile me permet d’envoyer comme message que je suis une femme dont le corps, le physique ne constitue pas un atout ou le critère essentiel dans les relations. Cela me permet de montrer aux hommes (et à tout le monde finalement!) que je ne communique pas sur des bases sexuées , « érotisées », mais sur d’autres domaines de la connaissance et de l’expérience pouvant être partagées universellement, par tous les êtres humains, quel que soit leur sexe et leur genre. De manière générale, je privilégie les échanges, que ce soit avec des hommes ou avec des femmes, dans lesquels l’orientation ou les contenus ne sont pas déterminés par le genre ou l’appartenance sexuelle. À mon humble avis, au-delà de l’interprétation textuelle, l’esprit de ces versets du Coran va sans doute dans ce sens, celui de prioriser dans les relations humaines des échanges dénués d’aspects typiquement “genrés” ou sexués.

“En contexte étranger, le voile est ce qu’il me reste…”

Dans les pays occidentaux, le voile pourrait être considéré comme un signe de résistance face à l’oppression occidentale voire néocoloniale selon Sirma Bilge (2010)1. Pour moi, il est tout simplement le symbole de ce qu’il me reste quand j’ai cédé aux autres symboles, comme la langue et le style vestimentaire. Chez moi au Sénégal, il est facile  d’opter de ne porter que des vêtements à la mode locale et de m’exprimer dans ma langue nationale. Toutefois, accueillie dans un contexte autre, un minimum d’adaptation à ce nouvel environnement se doit, ne serait-ce que pour se faire comprendre, être acceptée (tolérée?) tout en soulignant son appartenance.

Enfin, dans ces contextes différents, il me semble important de signifier aux autres, entre autres, mon orientation religieuse, non par ostentation, mais pour que le message envoyé soit clair, et éviter tout malentendu.

Quoi qu’il en soit, vous l’aurez compris, je suis de tout cœur avec mes sœurs iraniennes, le voile ne saurait être oppression et obligation, mais un choix volontaire. Pour moi, surtout en contexte étranger, il est le symbole de ma liberté, il est tout ce qu’il me reste….



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2022, 1 décembre). Le voile, symbole de liberté… Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amxd

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

  1. Bilge, S. (2010). Beyond subordination versus resistance : an intersectional approach to the agency of veiled muslim women. Journal of Intercultural Studies, 31(1), 9-28. https://doi.org/10.1080/07256860903477662 []

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

7 réponses sur « Le voile, symbole de liberté… »

Chère Yakhara, je trouve intéressante ta réaction et bien entendu la posture personnelle que tu affiches ici: religieuse (foi…) et socio-politique (forme de résistance…). Cela fait germer en mon esprit quelques idées ou questions… Entre autres, “pourquoi donc le “voile” ne pourrait-il pas être approché pour ce qu’il est pour lui-même, pour la personne qui le porte” et non pas pour celui ou celle qui l’observe ? Englués dans nos sociabilités quotidiennes, le voile peut avoir fonction de culture (moderne ou traditionnelle), de religion (élément de culte ou spiritualité), d’affirmation socio-politique ou de prestance esthétique dans laquelle intervient la convenance personnelle : la mise en scène de soi. Difficile de penser que cette dernière soit absente dans une seule de ces motivations, quand même elle ne serait pas priorisée. Or donc comme dans la “fashion mode”, derrière le port (du voile) demeure “une personne”, sa propre metteuse en scène : la “maîtresse” de son choix… Comme dans nos options, à tous, en quelque domaine que ce soit, s’exerce le déterminisme collectif ou communautaire, bien souvent passif, mais parfois aussi actif. Et ce dernier, cet activisme-là, finit par devenir un totalitarisme politique (“polis”) usant du voile comme d’un moyen de contrôle, d’aliénation ou de domination, consumant l’humain. Mais de l’autre côté aussi, on pourrait arriver au même résultat, lorsque l’on s’adonne sans discernement à des transpositions hasardeuses oubliant « la metteuse en scène » juste dans les coulisses, cette actrice prise dans la complexité de ses interactions avec son environnement. Ah si le « voile » pouvait être considéré pour ce qu’il est pour lui-même… en fonction de celles qui le portent. Ici se trouve le combat des Iraniennes aujourd’hui : pouvoir porter le voile quand cela leur correspond, de la manière qui leur sied chacune, et non sous ordonnance politique !

Quelle belle contribution que la tienne Paul!
Je suis bien contente de ta prise de position. Comme je le disais sur LinkedIn, finalement, le voile n’est rien d’autre qu’un bout de tissu, un accessoire, une sorte de couvre-chef comme le sont le foulard au cou, le béret ou la casquette sur la tête. Mais comme tu le dis si bien, c’est ce fameux déterminisme collectif qui lui donne des significations qui parfois dépassent même la personne qui a choisi de le porter. Je pense que la même analyse peut aussi être menée, dans une certaine mesure, concernant le cas de la mini-jupe, du jean ou du blouson en cuir….

Encore un plaisir de vous lire chère professeur.
Un article bien ecrit, cette question du voile est encore d’actualité. J’ai bien ai aimé la forme entenoir , la contextualisation et enfin une problématique bien campée. On apprend toujours de vous.
Le voile Aujourd’hui fait sujet de beaucoup d’amalgames, on entend toute sorte d’interprétation. Ce phénomène est aujourd’hui récurant dans les pays occidentaux, car certaines femmes voilées peine même a exercé correctement leur travail, sans qu’elle soit ratrappé par de quelques lois, considédarant toutefois que c’est antipodes aux valeurs républicaine. Il y’a beaucoup de victimes, et c’est la raison pour laquelle, je trouve à l’heure votre artcle très pertinent et actuel.
Ce post mérite d’être lu avec distanciation, pour comprendre le sens du message que vous véhiculé.
La meilleure façon de vivre en communauté, c’est de réussir à s’accepter malgré notre différence et de s’accepter tel que des êtres humains sans aucune connotation quelconque de différence d’appartenance à une race, religion, couleur, ethnie.
Ce qui est important, c’est la considération de l’autre sans se bercer dans des jugements de VALEURS.
Ton ancien élève de l’Ecole Nationale des Travailleurs Sociaux Spécialisés (ENTSS, Dakar, Senegal), de la 25e promotion.
Content de vous lire chère professeure.
Bon courage pour le reste et hate de vous lire très prochainement.
Cordialement,
Aliou DIATTA

Dissoudre la police des mœurs! Je ne pense pas.
Je crois bien l’idée est d’adoucir leurs pratiques et qu’elle ne s’acharne plus pour un rien sur certaines personnes.
Je crois bien et tu l’as bien dit que le faite de ne pas mettre ou de mettre de manière inappropriée le voile est plus une forme de défiance à l ‘égard du régime jugé pour certains totalitaire plutôt qu’une remise en question du voile comme élément culturel.

Oui, c’est sûrement une fake news véhiculée par les anti régime actuel…
De toute façon, les Iraniens et Iraniennes sont pour toute forme d’assouplissement de leurs mesures de contrôle.
Encore merci Ousseynou pour tes commentaires!

Un excellent article.
Il faudra simplement ajouter et certainement vous avez l’information, que le régime Iranien a essayé de profiter du contexte de la CDM pour arrondir les angles.
Certainement, une politique de relâchement donc plus douce va s’appliquer dans un futur proche.
Le régime iranien est obligé de revoir cette politique des mœurs pour ne pas donner une opportunité aux réformistes donc à l’aile modéré de prendre le pouvoir.
Oui, le problème kurde est toujours en ligne de mire et constitue une facture profonde dans la société iranienne.Oui , le voile est l’affirmation d’une certaine identité culturelle ou religieuse.

Merci Ousseynou!
C’est vrai, il y a eu des informations pendant la coupe du monde disant que la police des moeurs a été dissoute, mais elle n’est pas vérifiée. Je pense que dans tous les cas, puisque la contestation continue, le régime n’aura pas d’autre choix que de lâcher du lest…En tout cas, on l’espère.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search