Catégories
Pratiques de terrain

Ethnographie d’un retour au pays natal

Mon objectif est de vous informer de ma décision de mener une étude de terrain inspirée de l’ethnographie au Sénégal. Je vais vous expliquer pourquoi j’ai choisi cette approche et comment je vais la mettre en œuvre.

“Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir.”

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal

Aimé Césaire et son retour en pays natal

Aimé Césaire. Photo: azmartinique.com

Cahier d’un retour au pays natal est un livre écrit par l’écrivain martiniquais Aimé Césaire. Il raconte son voyage de retour vers sa Martinique natale après avoir passé plusieurs années en France pour y poursuivre des études. Il y décrit les changements qu’il a observés dans son île, notamment la manière dont la colonisation française a affecté la culture et la société martiniquaises.

La description de ces aspects peut sans doute être comparée à l’utilisation d’une approche ethnographique documentant les coutumes et les traditions de la Martinique, ainsi que les problèmes sociaux et politiques auxquels sont confrontés les habitants de l’île. Césaire décrit les différences culturelles entre la France et la Martinique, ainsi que les tensions et les conflits qui en découlent de manière explicite.

Cet important ouvrage de Césaire est utile pour saisir l’histoire de la Martinique, notamment les défis auxquels les îles des Caraïbes ont été confrontées en raison de la colonisation européenne. C’est également un témoignage puissant de la manière dont les individus peuvent se connecter à leur héritage culturel et travailler à préserver leur identité face aux forces de la mondialisation et de la colonisation. L’auteur et son ouvrage m’ont donc inspirés…

Le choix de l’approche ethnographique

Je vais utiliser une approche ethnographique pour documenter les expériences et les perspectives des adolescentes sénégalaises en conflit avec la loi dans leur contexte social et culturel. Cela implique une observation participante et une collecte de données à travers des entretiens et des observations de la vie quotidienne.

Dans un précédent billet, j’avais hésité entre une approche biographique et une approche ethnographique. J’ai finalement opté pour l’approche ethnographique car elle permet de prendre en compte autant les aspects individuels qu’expérientiels et subjectifs des adolescentes rencontrées que les aspects sociaux, structurels et systémiques. En effet, il est important de rattacher les expériences individuelles de ces adolescentes aux réalités sociales du contexte sénégalais, aux organisations institutionnelles de la justice des mineurs ou d’autres institutions sociales, ainsi qu’aux autres systèmes sociaux moins formels comme la famille et les groupes de pairs.

Mais le plus important dans cette approche est la posture adoptée par la chercheure que je suis, devant se positionner quelque part dans un continuum allant de l’”observatrice participante” à la “participante observatrice” avec plusieurs gammes possibles.

L’observation participante est une méthode utilisée en ethnographie impliquant de se plonger dans la vie quotidienne des personnes étudiées. La personne observatrice devient ainsi un membre de la communauté étudiée en participant activement à ses activités. Cette posture permet de mieux comprendre les expériences et les perspectives des personnes étudiées en les observant dans leur environnement naturel. Historiquement, c’est le cas de certains ethnologues dont la plupart vivaient complètement en immersion dans des communautés exotiques étrangères à leur monde habituel. Aujourd’hui, l’approche ethnographique peut être utilisée dans des communautés locales pour une personne chercheure. L’observation participante est donc, le plus souvent, utilisée par des personnes extérieures au contexte étudié et qui ne le connaissent pas forcément. Ce n’est pas mon cas dans ma recherche doctorale, non seulement en tant que sénégalaise mais aussi en tant qu’éducatrice spécialisée ayant travaillé dans le système de justice pénale des mineurs (même s’il est vrai que cela remonte à plusieurs années).

Se rendre sur le terrain en tant que participante observatrice constitue une autre posture possible en ethnographie. Cela implique que je participe activement à la vie de la communauté étudiée tout en gardant une certaine distance critique. Cette posture permet de mieux comprendre les expériences et les perspectives des personnes étudiées en les observant dans leur environnement naturel tout en étant capable de réfléchir de manière critique sur les pratiques et les structures sociales observées. En tant que participante observatrice, je peux participer à des activités sociales, assister à des événements culturels, voire travailler ou vivre avec les personnes étudiées, tout en gardant une certaine distance critique pour éviter de se laisser submerger par les normes et les pratiques sociales de la communauté étudiée. Il m’a semblé que cette posture était celle qui pourrait le mieux adhérer à mon terrain de recherche.

Mon retour au pays natal

Je suis ainsi retournée au Sénégal pour documenter les expériences et les perspectives des adolescentes sénégalaises en conflit avec la loi, avec à l’esprit cette posture de participante observatrice.

Pendant mon séjour au Sénégal, j’ai prévu de réaliser en priorité des entrevues avec des adolescentes en conflit avec la loi, avec un mandat de liberté surveillée par des services d’action éducative en milieu ouvert sous ordonnance du juge pour enfants de la région de Dakar. D’autres entretiens sont également prévus avec des personnes ressources ou informatrices-clés, telles que les membres des équipes éducatives et les personnels judiciaires de la justice des mineurs. Les observations sont, quant à elles, menées au sein des services d’action éducative en milieu ouvert et des tribunaux pour enfants.

Malheureusement, il pourrait s’avérer difficile d’observer ces adolescentes dans leur vie quotidienne et dans leur environnement social et familial. Les adolescentes en conflit avec la loi sont souvent réticentes et n’adhèrent pas forcément aux interventions proposées par les personnels éducatifs et sociaux. Par conséquent, mes observations pourraient se limiter le plus souvent aux services de la justice des mineurs, comme lors de visites régulières ou d’activités sociales organisées dans ces lieux. Cependant, il est possible que je partage des expériences et des perspectives d’adolescentes rencontrées lors de visites à domicile, par exemple, si elles m’invitent à le faire de manière immersive. Ce qui constitueraient sans aucun doute un enrichissement certain dans ma collecte des données.

Et, bien entendu, je vous tiens au courant….



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2023, 6 mars). Ethnographie d’un retour au pays natal. Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amxe

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search