Catégories
Parlons théories et concepts

Paternalisme de la justice: protection ou discrimination?

Palais de Justice – Nice (France)

Je reviens dans ce billet sur le cas des jeunes filles en conflit avec la loi qui intègrent le circuit de la justice pénale des mineurs, que ce soit au Sénégal ou ailleurs dans le monde…Qu’il s’agisse d’Arame ou des autres…

Je rappelle que, dans tous les pays du monde, les statistiques officielles indiquent une présence masculine plus forte dans les conduites dites délinquantes, et ce à tous les niveaux : lors des arrestations policières, au tribunal au moment de la judiciarisation ou dans les prisons lors de l’incarcération. La croyance populaire estime ainsi que les filles sont moins délinquantes que les garçons. Précisons ici que le focus est mis sur les filles mais que les constats sont similaires concernant les femmes.

Plusieurs hypothèses pour expliquer l’entrée en “délinquance” des filles

Les recherches en sociologie et en criminologie ont tenté de comprendre ce constat. Comme indiqué précédemment, plusieurs hypothèses sont mises de l’avant selon les courants de pensée des spécialistes en question pour expliquer ce constat de la faible délinquance des filles : la prétendue nature de la femme, les différences de socialisation entre filles et garçons, la victimisation dont font l’objet les filles/femmes et aussi, plus récemment, le traitement différentiel opéré par les personnels judiciaires ; autrement dit, les différences dans les réactions, les jugements et les règlements de la justice (mais aussi de la police) à l’endroit des filles et des garçons soupçonnés de conduites délictuelles.

Dans le monde occidental, certaines recherches évoquent ce traitement différentiel comme une sorte de paternalisme envers les filles insérées dans le système judiciaire. D’autres le nomment différemment : « effet de courtoisie », « clémence » envers les usagères féminines de la justice.

Jugées doublement par la justice et par la société

Les différences de traitement au niveau judiciaire se manifestent de deux manières distinctes.

D’abord, les personnels judiciaires avancent le souci de protection des filles pour justifier la différence de traitement et donc le paternalisme opéré. En effet, après l’arrestation au niveau de la police, les filles subissent moins de judiciarisation de la part de ces personnels et sont, plus souvent que les garçons pour une même conduite dérogatoire, orientées vers des placements éducatifs, des ressources sociales et communautaires, ou encore vers des ressources médicales ou psychologiques. Ainsi, la raison évoquée, le souci de protection des jeunes filles, conduit à moins de conduites « délinquantes » judiciarisées et donc à une forme d’invisibilisation de ces conduites au niveau de la justice.

Ensuite, le traitement différentiel concerne également les filles considérées « délinquantes » ou « dangereuses » qui aboutissent au bout du circuit pénal devant le juge. Ces dernières sont, en revanche, jugées plus sévèrement, parfois même plus que certains garçons. Elles subissent ainsi un jugement qui se base généralement sur des stéréotypes de genre et des attentes sociales envers les filles, c’est-à-dire sur une représentation, une image douce, docile et passive de celles-ci. Par ce fait, les filles « délinquantes » sont donc considérées comme situées en dehors des cadres normatifs de la société, de la « bonne » fille, voire de la fille « normale » ; ce qui, dès lors, entraine plus de sévérité à leur endroit. Ce constat fait dire à plusieurs auteures que les filles dites délinquantes sont doublement jugées, par le tribunal au niveau des normes pénales et par la société au niveau des normes sociales.

Protection, discrimination? Équité et prévention plutôt…

En somme, le fameux paternalisme en question, en brandissant le justificatif de protection à l’endroit des filles, conduit en fait à une forme de discrimination envers ces dernières, et finalement à moins de visibilité de leurs conduites marginales. L’image de la « délinquance » au féminin est dès lors faussée.

Partant de là, doit-on forcément approuver ce paternalisme dans un but de « protection » des filles? Cette tendance paternaliste entraine-t-il forcément plus de protection envers celles-ci ? Le fait d’orienter plus souvent les filles que les garçons vers des ressources éducatives, communautaires, médicales ou psychologiques tend-il à les protéger ou, au contraire, à les stigmatiser?

Mon avis est qu’il faudrait surtout privilégier un traitement équitable de la justice pouvant nous offrir un visage réaliste des conduites dérogatoires des filles, et par là même de meilleures formes d’intervention mais surtout de prévention. En effet, la protection des filles, brandie comme prétexte dans ce traitement différentiel de la justice, devrait se faire bien en amont du système judiciaire.

Et là se trouve toute la question…



Citer ce billet
Yakhara Gassama (2023, 9 avril). Paternalisme de la justice: protection ou discrimination? Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/amxf

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn

Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

4 réponses sur « Paternalisme de la justice: protection ou discrimination? »

Un bel article de mon prof Yakhara Gassama. Ravi de vous lire.
La prédominance de la délinquance telle qu’expliquée dans le texte pourrait être étayée à bien des égards par une multitude de situations de délinquance mettant davantage en cause des garçons que des filles, dans différents pays. Au Sénégal par exemple, il en est certainement ainsi même je ne connais de statistiques disponibles sur le sujet.

Cependant, avec les mutations rapides constatées dans les dynamiques sociales, il semble que ce constat est en train d’être remis en question. Et qu’il y aurait une entrée non négligeable des filles des dans des conduites délinquantes. Dans quelles proportions? je l’ignore. En tout cas Fatou Sow Sarr, sociologue sénégalaise avait alerté sur ce phénomène qui toucherait progressivement une population féminine.

Cela étant dit, moi je suis plus favorable à un traitement judiciaire équitable, et donc plus juste, des cas de délinquance entre les garçons et les filles.

Par ailleurs, une autre piste de recherche qui serait non moins importante : une étude comparative de la délinquance entre les garçons et les filles ou en ce qui concerne les mobiles sous-jacents.

Merci Ibrahima pour ce commentaire!

Tu as raison concernant les mutations actuelles dans notre société qui pourrait permettre de mettre en évidence les conduites dérogatoires des filles. Selon plusieurs intervenants que j’ai rencontrés, elles seraient de plus en plus présentes dans la cybercriminalité (harcèlement, pornographie, racket, etc.) et elles s’adonnent également à la consommation abusive de psychotropes.
Quoiqu’il en soit, il est évidemment préférable d’avoir une lecture juste des conduites dites délinquantes des filles, même si ce n’est pas étudié en comparaison avec celles des garçons. L’important est qu’on soit conscient de cette sorte de biais nous laissant croire que les filles seraient a priori moins délinquantes que les garçons, sans approfondissement de leur situation.
Encore merci pour ta réaction

Un billet bien argumenté. Tellement succulent, chaque phrase lue donne envie de lire celle qui suit. Nous apprenons avec vous comme d’habitude et nous continuerons d’apprendre avec vous. Jokandial 🙏

Je te remercie Birane. Les commentaires comme les tiens m’encouragent. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search