Catégories
Réflexions personnelles

Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé

Aéroport de Nice, vacances de Noël 2014

« Émigrer est un choix, mais il n’est jamais libre, il est toujours imposé… »

Tel est le témoignage entendu à la radio il y quelques jours d’un réfugié questionné sur ses motivations sur le chemin de l’Europe.

Ma situation d’immigrante au Québec, que je pensais avoir choisie librement, semble être opposée au propos de cet homme, parti pour des raisons plus pénibles. Beaucoup sont en général obligés de partir du fait de situations contraignantes ou d’évènements dangereux pouvant menacer leur vie ou leur intégrité. Il m’est arrivé de rencontrer des ressortissant.e.s d’autres pays d’Afrique qui correspondaient à ce profil, et qui avaient fui leur pays parce qu’ils/elles se sentaient persécuté.e.s du fait de leur religion, nationalité, ethnie, opinion ou autre. Mes raisons me semblent différentes voire contraires. Dans mon cas, je suis libre de partir, de rester comme de retourner dans mon pays, je ne me sens pas menacée ou en danger.

Sauf que… cette petite phrase continue de trotter dans ma tête sans que je ne m’explique pourquoi elle résonne en moi: “émigrer est un choix qui s’impose »…

Le doctorat au Québec : choix libre?

À bien y réfléchir, je reconnais que dans mon cas, même si j’ai choisi librement de partir, de mon point de vue, il ne me restait pas à l’époque beaucoup d’options pour la suite de ma carrière. Et dans un coin de ma tête, depuis la fin de mes études de maîtrise au Canada, restait cette vieille idée de continuer mes études au doctorat et d’envisager faire de la recherche. En suscitant l’analyse et la réflexion sur des problèmes sociétaux, la recherche constitue selon moi, une voie de sortie du « mal-développement » dont souffrent nos pays africains.

Façade de l’ENTSS en 2019

Ainsi, comme en témoigne cet émigré, considérant mon profil et mes expériences, ce choix s’est imposé à moi. Il est vrai qu’il y avait d’autres options : rester formatrice dans des institutions de formation comme l’École nationale des travailleurs sociaux spécialisés (ENTSS), évoluer vers l’intervention sociale, la supervision, le conseil dans une organisation non gouvernementale par exemple ou lutter pour obtenir un poste de direction nationale, par exemple à l’ENTSS.

Le doctorat et l’émigration : choix définitif!

Cependant, compte-tenu de mon caractère et de mes valeurs, toutes ces options étaient inenvisageables : rester formatrice, selon ma vision, équivaudrait à évoluer sans gros défi et beaucoup d’ONG ne me semblaient pas travailler de manière assez endogène vis-à-vis des réalités culturelles des populations. Pire, obtenir un poste de direction nationale aurait signifié pour moi, soit que j’adhérais, en dépit de mes convictions, à un fonctionnement et un mode de gestion des institutions publiques que je qualifie d’inefficace pour la société sénégalaise, soit que je conservais mes convictions et tentais de révolutionner ce mode de gestion. Dans les deux cas, il me semblait inévitable que je n’y fasse pas long feu !

En définitive, restait cette bonne vieille idée de poursuivre au doctorat ; et ce, malgré plusieurs contraintes : mon âge (trop avancé selon moi pour devenir étudiante), l’éloignement (de ma famille) et les aspects financiers (les études au Canada étant réputées chères). Malgré ces contraintes et toutes les difficultés qui s’en sont suivies, c’est ce choix, définitif, qui s’est imposé à moi et que je ne regrette nullement, bien au contraire…

Évidemment, la situation de beaucoup d’émigrés est autrement plus complexe et difficile que la mienne, j’en conviens. Tout comme moi, la plupart des émigrés, doivent ressentir bien souvent de la nostalgie ; mais, tout comme moi, au fond d’eux-mêmes, je pense qu’ils sont convaincus d’avoir pris la meilleure décision, pour eux et pour un avenir libre.

Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

More Posts

Follow Me:
FacebookLinkedIn


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yakhara Gassama (28 novembre 2021). Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé. Adolescentes en difficultés et sociétés. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/amx2


Par Yakhara Gassama

Professeure à l'École nationale des travailleurs sociaux spécialisés de Dakar - Titulaire d'une maîtrise en psychoéducation et d'un diplôme en psychologie-conseil d'orientation - Actuellement doctorante en travail social à l'Université Laval de Québec (Canada)

22 réponses sur « Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé »

Je ne sais pas la place que j’occupe dans cette “catégorisation” mais l’idée de rester me tente même parfois je suis nostalgique (la famille, les amis, ma ville, etc.). Par contre pour des raisons professionnelles, rester est plus intéressant compte tenu du travail que je fais, l’impact que j’ai sur l’accompagnement des MNA Ouest africains et les échanges de pratiques professionnelles. Ce qui pourrait me permettre d’engranger plus d’expériences pour mes interventions futures quand l’heure du retour aura sonnée. Partir pour mieux se former, rester pour consolider ou rentrer avec plus de compétences et d’expériences pour de meilleures interventions sociales.

Mon avis est que de manière incontestable partir est bénéfique pour n’importe qui. Après le choix de rester ou pas dépend de la situation personnelle (et familiale) de chacun et chacune, de sa trajectoire, de ses perspectives. Il faut bien peser les pour et les contre au moment de ce choix. Dans mon cas, je ne regrette absolument pas d’être partie et de rester… pour l’instant. Au contraire, j’aurais dû le faire plus tôt sans doute.

un immense plaisir de vous lire Mme DIOP. tout est question de choix libre et motivé. seul ce choix intimement lié à nos principes et nos aspirations peut nous guider vers des horizons voulu. @Birane@

un immense plaisir de vous lire Mme DIOP. tout est question de choix libre et motivé. seul ce choix intimement lié à nos principes et nos aspirations peut nous guider vers des horizons voulu. @Birane@

Bravo Yahara, bravo pour la diversité de tes réflexions et travaux sur ton blog . Bonne continuation!

Merci Mamy Ndiaye pour ce beau retour! Contente de voir que tu l’as lu!

Que Dieu vous guide et vous assiste dans votre projet Madame !
Je me pose la question à savoir est ce que le choix est libre?
Si le choix était libre, ne préfereriez-vous pas accomplir ce projet chez vous?
Et tant d’autres question qui montreront qu’il y a des exigences que vont que vous êtes obligée de partir !
Quoi qu’il en soit, les objectifs seront atteints connaissant votre détermination et vos compétences; au bonheur de toute la communauté des Intervenants sociaux du Sénégal.
Le thème de votre recherche a sa spécificité puisqu’on parle d’ adolescentEs.
Le contexte socioculturel, religieux, économique et les croyances et attitudes auront leur impactes dans cette question.
Quelle est le contexte juridico-politique comparé à la réalité et les pratique sur le terrain. Ne disons nous pas le Sénégal à les meilleurs textes en matière de législation mais l’application pose problème.

Merci Modou Ane pour ce feed-back!
Justement selon moi, le choix s’est imposé, il n’est pas du tout libre…J’aurais évidemment préféré rester près de mes proches.
Tu as pointé du doigt ce qui selon moi pose problème et je pense que les résultats devraient aboutir à cela. On verra…

Congrats Mme Yakhara. Pertinent, les ados font plus de la moitié de la population sénégalaise et ne sont pas correctement PEC par les politiques publiques. Ce qui est un réel défi à adresser pour le Sénégal, l’Afrique, l’humanité. Connaissant ton engagement et rigueur scientifique, nous osons espérer bénéficier de bonnes productions

C’est la vie elle même qui est ainsi faite je dirais, tout est question de choix, “niak péxé sax péxé la” comme on dit en wolof.
En tout cas, bonne chance et du courage. J’espère et je suis personnellement convaincue que la recherche et la formation dans le domaine du travail social au Sénégal bénéficiera et/ou gagera beaucoup de ton avenir professionnel.
Bone chance encore

Très contente de ton blogue. Un de plus comme tu dis, mais il n’est pas de trop. Internet grouille de blogue où on parle beaucoup pour ne rien dire, ou dire ce d’autres ont déjà dit… Et en mieux. Je t’encourage et te souhaite bon vent. Et je suis sure qu’il sera de grande utilité pour les chercheurs et étudiants dans ce domaine.Je te connais assez bien pour savoir que quand tu t’engages dans quelque chose tu y vas à fond et avec sérieux.

Bonjour Chère Doctorante. Nous sommes inspirés par la thèse “des féministes plus critiques”. A ce propos, nous défendons l’idée portant sur une révision des lois au Sénégal afin qu’elles soient plus adaptées au contexte. Les filles sont appelées à être des épouses et des mères de famille. Elles doivent plutard contribuer à la lutte contre les multiples bouleversements auxquels la famille fait face, à travers leurs rôles et responsabilités. Cette affirmation nous met en phase avec Salle et Dion Fortin qui nous proposent une forme d’incarcération dont l’objectif est: la réhabilitation et la reinsertion.

Effectivement, les lois pénales devraient être revues et adaptées aux populations adolescentes. Et je me demande même si l’incarcération est nécessaire…. Même pour les adultes…

Ah oui Yakhara tout choix implique une ” forme de violence sur soi” c’est pourquoi choisir de rester ou de partir est toujours lié à des ” contraintes” psychologique des fois materielles d’autres fois morales et meme philosophique. Est courageux toujours celui qui sait faire un choix.

Merci Directrice pour l’engagement indéfectible en faveur de la noblesse de la protection sociale des enfants au Sénégal à travers le volet formation. Nous espérons vous retrouver pour le pilotage de référentiel de formation en travail social car le secteur est en panne d’intervenants professionnels de vocation. L’emigration s’impose dans certaines circonstances mais nous vous espérons vous retrouver le plus vite possible pour bénéficier de l’expérience que vous aurez capitalisée.

Merci Sy Sow! Mon souhait le plus profond est bien sûr de contribuer à la valorisation de la formation en travail social. Sois-en certain.

J’aime beaucoup la fin de ton speech:”… je pense qu’ils sont convaincus d’avoir pris la meilleure décision, pour eux et pour un avenir libre”. La liberté de choisir un avenir professionnel conforme à ses convictions n’est pas chose aisée.

Merci Mme Thiam! Effectivement, je suis consciente d’avoir eu aussi beaucoup de chance pour accéder à mes choix

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search