Catégories
Réflexions personnelles

Météo et notion du temps au Québec

 

Un arbuste avec ses branches effeuillées sous un monticule de neige
Un arbuste effeuillé sous ma fenêtre après les premières neiges…

Pour le premier point, la météo, vous vous doutez que je vais plus ou moins parler de la météo québécoise et notamment du fameux hiver. Mais pas que… En fait, en matière de climat et de saisons, le Canada et en particulier le Québec est parfaitement bien doté. Toutes les saisons sont nettement différenciées, sans doute plus que dans d’autres zones du monde (surtout en Afrique) et toutes sont riches chacune à sa manière (même l’hiver). Je me suis surprise à m’impatienter avant l’arrivée de chacune (et même de l’hiver!) et à me réjouir durant chacune d’elles (même durant l’hiver!).

Catégories
Réflexions personnelles

Féministe….Moi?!

Une vue du bâtiment des Sciences de l'Éducation à l'Université Laval
Un paysage automnal rue des Sciences humaines, Université Laval

Le processus  qui m’a permis de réfléchir sur ma posture épistémologique dans ma recherche me semble bizarre, ou du moins pas commun. L’épistémologie est le courant de pensée dans lequel nous nous situons et qui oriente le cadre conceptuel, la méthodologie de notre recherche tout comme les analyses de nos résultats. Il s’agit de décider de la manière dont nous considérons la production des connaissances, comment nous définissons la réalité à étudier et les moyens de l’étudier. Par exemple, de manière assez schématique, la réalité peut être vue comme objective et distincte de nous comme dans les sciences naturelles (épistémologie positiviste) ou au contraire, dans les sciences humaines et sociales,  considérée comme subjective et construite par les individus (épistémologie compréhensive). Dans ce dernier cas, la recherche de sens est privilégiée et donc la subjectivité. Plusieurs perspectives (ou paradigmes) se réclament de l’épistémologie compréhensive dont le courant féministe.

À ce propos, dans nos discussions, Annie Fontaine, ma directrice de thèse, m’avait suggéré de faire plus de recherches sur la perspective féministe et vérifier si cela collait avec mon objet de recherche.

Catégories
Réflexions personnelles

Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé

Aéroport de Nice, vacances de Noël 2014

« Émigrer est un choix, mais il n’est jamais libre, il est toujours imposé… »

Tel est le témoignage entendu à la radio il y quelques jours d’un réfugié questionné sur ses motivations sur le chemin de l’Europe.

Ma situation d’immigrante au Québec, que je pensais avoir choisie librement, semble être opposée au propos de cet homme, parti pour des raisons plus pénibles. Beaucoup sont en général obligés de partir du fait de situations contraignantes ou d’évènements dangereux pouvant menacer leur vie ou leur intégrité. Il m’est arrivé de rencontrer des ressortissant.e.s d’autres pays d’Afrique qui correspondaient à ce profil, et qui avaient fui leur pays parce qu’ils/elles se sentaient persécuté.e.s du fait de leur religion, nationalité, ethnie, opinion ou autre. Mes raisons me semblent différentes voire contraires. Dans mon cas, je suis libre de partir, de rester comme de retourner dans mon pays, je ne me sens pas menacée ou en danger.

Sauf que… cette petite phrase continue de trotter dans ma tête sans que je ne m’explique pourquoi elle résonne en moi: “émigrer est un choix qui s’impose »…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search