Catégories
Pratiques de terrain

Quelle approche qualitative choisir?

Le superbe bâtiment du pavillon Louis-Jacques Casault de l’Université Laval

Parce qu’en recherche qualitative, il en existe plusieurs et cinq, au moins, plus connues. Contrairement aux approches en recherche quantitative, elles sont généralement plus inductives donc partent du terrain pour produire une théorie, découlent du particulier pour aboutir au général. Passons-les en revue en considérant mon objet de recherche…

Catégories
Parlons théories et concepts

Adolescentes en conflit avec la loi: qui est en conflit avec qui?

Scène de rue à Dakar

Un des premiers défis lors de la rédaction de mon projet de thèse avait été de déterminer comment dénommer les sujets de ma population cible. Je rappelle que je m’intéresse aux adolescentes prises en charge au sein de l’Éducation surveillée au Sénégal. Pour cette institution, elles sont “en conflit avec la loi”, notion signifiant pudiquement qu’elles sont auteures ou présumées auteures d’infractions pénales, pour ne pas dire “délinquantes”.

Dans mon mémoire de maîtrise, mon travail portait sur les adolescentes judiciarisées c’est-à-dire qui sont en contact avec le système de justice juvénile. Or, au Sénégal, deux catégories de jeunes peuvent être judiciarisé.e.s: les jeunes en danger ou les jeunes en conflit avec la loi. Précisément, la catégorie en danger désigne ceux et celles dont on estime que certains aspects de leur vie sont compromis tels que l’éducation ou la sécurité. La seconde catégorie concerne ceux et celles  qui ont maille à partir avec la justice et qui ont commis une infraction.

Catégories
Parlons théories et concepts

Arame et les féministes

Quelques livres d’auteures féministes sur mon étagère…

Vous vous souvenez du cas fictif d’Arame que j’évoquais dans un billet précédent  ? Je partais du cas de cette jeune fille qui avait subtilisé des objets de sa jeune amie alors que les parents de cette dernière lui avaient offert un emploi de petite « bonne », pour tenter de comprendre pourquoi les filles ont toujours semblé moins « délinquantes » que les garçons, et les femmes moins “criminelles” que les hommes. Le dernier billet détaillait les explications liées à la soi-disante nature de la femme, qui voulait que ses actes supposément marginaux soient moins visibles ou moins détectés. Ces explications naturalistes ou essentialisantes vont être largement remises en question par le mouvement féministe.

Catégories
Parlons théories et concepts

Pourquoi les filles semblent moins “délinquantes” que les garçons ?

Rose rouge de mon jardin en 2020

Pour toutes sortes de raisons, vous le devinez sans doute.

Mais surtout selon qu’on se situe dans telle ou telle école de pensée, épistémologie ou perspective théorique. Toutes les statistiques mondiales montrent, en effet, que quel que soit le pays, la période historique et le contexte social, les femmes/filles affichent des taux de criminalité/délinquance plus faibles que ceux des hommes. Le Sénégal n’y échappe évidemment pas.

Comment comprendre ce constat? Je vais partir d’un cas fictif, mais qui s’inspire de situations réelles que j’ai eu à rencontrer dans ma pratique professionnelle.

Imaginons au Sénégal une jeune fille que je vais nommer Arame de façon totalement arbitraire (les autres noms utilisés sont aussi fictifs).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search