Catégories
Pratiques de terrain

Ethnographie d’un retour au pays natal

Mon objectif est de vous informer de ma décision de mener une étude de terrain inspirée de l’ethnographie au Sénégal. Je vais vous expliquer pourquoi j’ai choisi cette approche et comment je vais la mettre en œuvre.

“Ma bouche sera la bouche des malheurs qui n’ont point de bouche, ma voix, la liberté de celles qui s’affaissent au cachot du désespoir.”

Aimé Césaire, Cahier d’un retour au pays natal
Catégories
Évènements/Actualités

Le voile, symbole de liberté…

Deux jeunes voilées à Colobane, quartier de Dakar

Ce titre semble un brin provocateur puisque ce billet s’inspire de l’actualité en Iran où le port du voile est obligatoire pour les femmes et où nombre de femmes (et d’hommes) manifestent depuis plusieurs semaines contre leurs dirigeants politiques. Ces manifestations qui, ont fait des centaines de victimes, ont démarré après l’arrestation puis la mort d’une jeune iranienne voilée, arrêtée soit parce que son voile n’était pas bien attaché, soit parce que ses cheveux dépassaient de ce voile, selon les interprétations de diverses sources médiatiques.

En effet, la situation est médiatisée de telle sorte que le voile semble être à l’origine de tous les maux des personnes vivant en Iran, les femmes  d’abord qui sont à l’avant-garde mais soutenues tout de même par certains hommes. Cela jette un malaise dans tous les autres contextes pour lesquels le voile constitue un enjeu, en particulier chez certaines personnes migrantes dans des pays occidentaux en Europe ou au Québec. En effet, dans ces contextes, la question du voile n’a pas fini de verser de la salive et de l’encre. Le voile y est considéré comme LE coupable et devient le symbole de l’oppression des femmes iraniennes et par extension, de toutes les femmes musulmanes.

Catégories
Pratiques de terrain

Quelle approche qualitative choisir?

Le superbe bâtiment du pavillon Louis-Jacques Casault de l’Université Laval

Parce qu’en recherche qualitative, il en existe plusieurs et cinq, au moins, plus connues. Contrairement aux approches en recherche quantitative, elles sont généralement plus inductives donc partent du terrain pour produire une théorie, découlent du particulier pour aboutir au général. Passons-les en revue en considérant mon objet de recherche…

Catégories
Réflexions personnelles

Féministe….Moi?!

Une vue du bâtiment des Sciences de l'Éducation à l'Université Laval
Un paysage automnal rue des Sciences humaines, Université Laval

Le processus  qui m’a permis de réfléchir sur ma posture épistémologique dans ma recherche me semble bizarre, ou du moins pas commun. L’épistémologie est le courant de pensée dans lequel nous nous situons et qui oriente le cadre conceptuel, la méthodologie de notre recherche tout comme les analyses de nos résultats. Il s’agit de décider de la manière dont nous considérons la production des connaissances, comment nous définissons la réalité à étudier et les moyens de l’étudier. Par exemple, de manière assez schématique, la réalité peut être vue comme objective et distincte de nous comme dans les sciences naturelles (épistémologie positiviste) ou au contraire, dans les sciences humaines et sociales,  considérée comme subjective et construite par les individus (épistémologie compréhensive). Dans ce dernier cas, la recherche de sens est privilégiée et donc la subjectivité. Plusieurs perspectives (ou paradigmes) se réclament de l’épistémologie compréhensive dont le courant féministe.

À ce propos, dans nos discussions, Annie Fontaine, ma directrice de thèse, m’avait suggéré de faire plus de recherches sur la perspective féministe et vérifier si cela collait avec mon objet de recherche.

Catégories
Réflexions personnelles

Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé

Aéroport de Nice, vacances de Noël 2014

« Émigrer est un choix, mais il n’est jamais libre, il est toujours imposé… »

Tel est le témoignage entendu à la radio il y quelques jours d’un réfugié questionné sur ses motivations sur le chemin de l’Europe.

Ma situation d’immigrante au Québec, que je pensais avoir choisie librement, semble être opposée au propos de cet homme, parti pour des raisons plus pénibles. Beaucoup sont en général obligés de partir du fait de situations contraignantes ou d’évènements dangereux pouvant menacer leur vie ou leur intégrité. Il m’est arrivé de rencontrer des ressortissant.e.s d’autres pays d’Afrique qui correspondaient à ce profil, et qui avaient fui leur pays parce qu’ils/elles se sentaient persécuté.e.s du fait de leur religion, nationalité, ethnie, opinion ou autre. Mes raisons me semblent différentes voire contraires. Dans mon cas, je suis libre de partir, de rester comme de retourner dans mon pays, je ne me sens pas menacée ou en danger.

Sauf que… cette petite phrase continue de trotter dans ma tête sans que je ne m’explique pourquoi elle résonne en moi: “émigrer est un choix qui s’impose »…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search