Catégories
Évènements/Actualités

Le voile, symbole de liberté…

Deux jeunes voilées à Colobane, quartier de Dakar

Ce titre semble un brin provocateur puisque ce billet s’inspire de l’actualité en Iran où le port du voile est obligatoire pour les femmes et où nombre de femmes (et d’hommes) manifestent depuis plusieurs semaines contre leurs dirigeants politiques. Ces manifestations qui, ont fait des centaines de victimes, ont démarré après l’arrestation puis la mort d’une jeune iranienne voilée, arrêtée soit parce que son voile n’était pas bien attaché, soit parce que ses cheveux dépassaient de ce voile, selon les interprétations de diverses sources médiatiques.

En effet, la situation est médiatisée de telle sorte que le voile semble être à l’origine de tous les maux des personnes vivant en Iran, les femmes  d’abord qui sont à l’avant-garde mais soutenues tout de même par certains hommes. Cela jette un malaise dans tous les autres contextes pour lesquels le voile constitue un enjeu, en particulier chez certaines personnes migrantes dans des pays occidentaux en Europe ou au Québec. En effet, dans ces contextes, la question du voile n’a pas fini de verser de la salive et de l’encre. Le voile y est considéré comme LE coupable et devient le symbole de l’oppression des femmes iraniennes et par extension, de toutes les femmes musulmanes.

Catégories
Évènements/Actualités

“On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… »

Au delà des murs, un lever de soleil à Fissel (Sénégal)

“Jeunesse entre les murs?”

Tel était le titre du séminaire auquel j’ai eu le plaisir d’assister et qui m’a permis de griffonner ces quelques lignes. Il était organisé par le Centre de Recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS) le 8 décembre 2021. Le sujet du séminaire cherchait à revenir sur la conception, autant pour les jeunes mêmes que pour les personnels, des services de placement des jeunes en difficulté, qu’ils soient « contrevenants » ou « à protéger ». C’était également une occasion de révéler la publication d’une bande dessinée sur le sujet de Nicolas Sallée et Alexandra Dion-Fortin. En présentant son ouvrage, l’auteur précise que les murs dont il est question ne sont pas simplement physiques mais ils sont théoriques et aussi virtuels du fait de la surveillance constante dans ces institutions. Il s’agit d’une forme de carcéralité, largement présente avec, par exemple, des caméras. La différence avec les prisons c’est que l’objectif de l’enfermement des jeunes met surtout l’accent sur la réhabilitation et la réinsertion, dit-on. Il me semble cependant qu’avec les adultes, cela devrait être également le cas…. Ces murs révèlent des tensions multiples entre contrôle et protection, entre les temps longs ou courts de l’enfermement, dans les différences d’approches entre les intervenants. Quoiqu’il en soit, tous, jeunes comme intervenants se battent contre les murs. Cette présentation de la bande dessinée a été suivi par des échanges.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search