Catégories
Réflexions personnelles

Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé

Aéroport de Nice, vacances de Noël 2014

« Émigrer est un choix, mais il n’est jamais libre, il est toujours imposé… »

Tel est le témoignage entendu à la radio il y quelques jours d’un réfugié questionné sur ses motivations sur le chemin de l’Europe.

Ma situation d’immigrante au Québec, que je pensais avoir choisie librement, semble être opposée au propos de cet homme, parti pour des raisons plus pénibles. Beaucoup sont en général obligés de partir du fait de situations contraignantes ou d’évènements dangereux pouvant menacer leur vie ou leur intégrité. Il m’est arrivé de rencontrer des ressortissant.e.s d’autres pays d’Afrique qui correspondaient à ce profil, et qui avaient fui leur pays parce qu’ils/elles se sentaient persécuté.e.s du fait de leur religion, nationalité, ethnie, opinion ou autre. Mes raisons me semblent différentes voire contraires. Dans mon cas, je suis libre de partir, de rester comme de retourner dans mon pays, je ne me sens pas menacée ou en danger.

Sauf que… cette petite phrase continue de trotter dans ma tête sans que je ne m’explique pourquoi elle résonne en moi: “émigrer est un choix qui s’impose »…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search