Catégories
Évènements/Actualités

“On les fait pas tomber, les murs, on les escalade… »

Au delà des murs, un lever de soleil à Fissel (Sénégal)

“Jeunesse entre les murs?”

Tel était le titre du séminaire auquel j’ai eu le plaisir d’assister et qui m’a permis de griffonner ces quelques lignes. Il était organisé par le Centre de Recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS) le 8 décembre 2021. Le sujet du séminaire cherchait à revenir sur la conception, autant pour les jeunes mêmes que pour les personnels, des services de placement des jeunes en difficulté, qu’ils soient « contrevenants » ou « à protéger ». C’était également une occasion de révéler la publication d’une bande dessinée sur le sujet de Nicolas Sallée et Alexandra Dion-Fortin. En présentant son ouvrage, l’auteur précise que les murs dont il est question ne sont pas simplement physiques mais ils sont théoriques et aussi virtuels du fait de la surveillance constante dans ces institutions. Il s’agit d’une forme de carcéralité, largement présente avec, par exemple, des caméras. La différence avec les prisons c’est que l’objectif de l’enfermement des jeunes met surtout l’accent sur la réhabilitation et la réinsertion, dit-on. Il me semble cependant qu’avec les adultes, cela devrait être également le cas…. Ces murs révèlent des tensions multiples entre contrôle et protection, entre les temps longs ou courts de l’enfermement, dans les différences d’approches entre les intervenants. Quoiqu’il en soit, tous, jeunes comme intervenants se battent contre les murs. Cette présentation de la bande dessinée a été suivi par des échanges.

Catégories
Réflexions personnelles

Mon parcours d’immigrante et de doctorante : un choix qui s’est imposé

Aéroport de Nice, vacances de Noël 2014

« Émigrer est un choix, mais il n’est jamais libre, il est toujours imposé… »

Tel est le témoignage entendu à la radio il y quelques jours d’un réfugié questionné sur ses motivations sur le chemin de l’Europe.

Ma situation d’immigrante au Québec, que je pensais avoir choisie librement, semble être opposée au propos de cet homme, parti pour des raisons plus pénibles. Beaucoup sont en général obligés de partir du fait de situations contraignantes ou d’évènements dangereux pouvant menacer leur vie ou leur intégrité. Il m’est arrivé de rencontrer des ressortissant.e.s d’autres pays d’Afrique qui correspondaient à ce profil, et qui avaient fui leur pays parce qu’ils/elles se sentaient persécuté.e.s du fait de leur religion, nationalité, ethnie, opinion ou autre. Mes raisons me semblent différentes voire contraires. Dans mon cas, je suis libre de partir, de rester comme de retourner dans mon pays, je ne me sens pas menacée ou en danger.

Sauf que… cette petite phrase continue de trotter dans ma tête sans que je ne m’explique pourquoi elle résonne en moi: “émigrer est un choix qui s’impose »…

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search